Publié le mercredi 26 juin 2013

Journées nationales de dépistage de la DMLA

Un enjeu de santé publique
Du lundi 24 au vendredi 28 juin 2013, l’Association DMLA met en place une nouvelle édition des Journées Nationales de dépistage de la DMLA, en partenariat avec la Société Française d’Ophtalmologie (SFO) et le Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF), avec le soutien de Novartis et Bausch+Lomb.

Comme chaque année depuis sept ans, les ophtalmologistes (libéraux et hospitaliers) participant à l’opération réservent la dernière semaine de juin dans leur agenda pour recevoir sur rendez-vous, les personnes âgées de plus de 55 ans (non suivies ou n’ayant pas bénéficié d’un examen depuis plus d’une année) qui souhaitent bénéficier d’un dépistage de la DMLA.

Chaque ophtalmologiste réalise, par la méthode de son choix, un examen du fond d’œil, afin d’en détecter les signes précurseurs (Maculopathie Liée à l’Âge - MLA).

Certains médecins et centres hospitaliers peuvent réaliser ce dépistage gratuitement. A cette occasion, des guides d’information sur la maladie, le dépistage et les traitements, sont diffusés au public pour favoriser une meilleure connaissance de la maladie et de ses symptômes.

Pour connaître la liste des ophtalmologistes participants, visiter le site Internet : www.journees-dmla.fr ou composer le numéro vert : 0 800 00 24 26 (appel gratuit).

La DMLA est une maladie dégénérative qui affecte le centre de la rétine appelé macula et se traduit par une perte de la vision centrale. Cette zone de quelques millimètres de diamètre représente seulement 2 à 3 % de la surface de la rétine mais transmet 90 % des informations visuelles au cerveau. La macula est spécialisée dans la vision des détails, des couleurs et la fixation du regard. Elle est donc liée à la précision des gestes et des activités.

En l’absence de traitement, les lésions de la macula retentissent sur l’acuité visuelle : la lecture, l’écriture, la reconnaissance des visages, la conduite automobile.Plus les lésions évoluent, plus ces activités deviennent difficiles, voire impossibles.
La DMLA se déclare après 50 ans et touche près d’un million de personnes en France. Les experts prévoient une multiplication par deux de ce chiffre au cours des vingt prochaines années en raison de l’augmentation de l’espérance de vie.

Cette pathologie de l’œil est la première cause de cécité légale (acuité visuelle de 1/20) et de malvoyance chez les plus de 50 ans dans les pays développés. Maladie chronique pour laquelle il n’existe pas de traitement curatif, la DMLA peut voir sa progression stabilisée ou ralentie grâce à des moyens d’actions thérapeutiques ou préventifs. Ces moyens sont d’autant plus efficaces qu’ils sont mis en place avant que les cellules visuelles ne soient détruites et la vision réduite de façon irréversible.