Tintin au Tibet et L’Oreille Cassée : Premières bandes dessinées adaptées en audio

Le Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes (GIAA) lance la première bande dessinée adaptée pour … aveugles ou malvoyants !

Déficients visuels, vous pouvez des maintenant, accompagner Tintin dans ses aventures rocambolesques.

JPG - 30.2 ko



Tout a commencé par une banale discussion entre personnes déficientes visuelles, certaines ayant déjà vu, d’autres jamais. L’intérêt suscité par la description de Tintin, de son inséparable Milou, du capitaine Haddock… nous a fait prendre conscience d’un manque à combler. Sur un « chiche ! », la délégation Aquitaine du GIAA, s’est lancée dans cette entreprise osée.
C’est ainsi qu’est né au format audio « Tintin au Tibet ».

Laissez-vous embarquer par cette version audio-décrite de Tintin au Tibet dont vous pouvez découvrir un extrait en exclusivité : écouter Tintin au Tibet.
Disponible depuis avril 2011 sur CD audio, il est proposé aux abonnés de l’association dans toute la France. Il est également disponible exclusivement pour les personnes déficientes visuelles moyennant une participation aux frais de 18 euros.


JPG - 25.4 ko
Album L’Oreille Cassée

Après « Tintin au Tibet », c’est «  L’Oreille Cassée » qui est aujourd’hui disponible auprès du GIAA exclusivement pour les personnes déficientes visuelles moyennant une contribution aux frais de 18 euros (l’unité).
Jusqu’à fin janvier, le GIAA propose un pack regroupant les 2 albums moyennant une participation aux frais de 30 euros au lieu de 36 euros.

Passez commande dès maintenant !
Contacter le GIAA de Paris (siège) : 5 avenue Daniel Lesueur – 75007 Paris - Tél. : 01 47 34 30 00



La bande dessinée audio-décrite : comment ça marche ?

L’ampleur de la tâche n’aura pas découragé les membres de l’association, au contraire !
Il fallait dans un premier temps décrire les images une à une, enregistrer ensuite ce texte qui constitue la voix off sur laquelle le lecteur bénévole a inséré les dialogues. Les personnages sont plus vrais que nature, une vraie distraction et une création dont nous sommes très fiers. » Beatrix Alessandrini, directrice de la délégation Aquitaine du GIAA.