QSLD avril/mai/juin 2016

Le QLSD numéro 25 (avril/mai/juin 2016) est arrivé ! Pour vous abonner gratuitement à la liste de diffusion du Qu’on se le dise, vous pouvez envoyer un mail à l’adresse suivante : giaa-qsld-subscribe@yahoogroupes.fr

Aller à la fin de l’éditorial pour télécharger le QSLD complet.

ÉDITO

Lorsqu’il nous était donné une définition de ce qu’est la musique, à l’école, on nous faisait répéter que “la musique est l’art des sons”. On ajoutait aussi que “la musique adoucit les mœurs”. Je me suis toujours demandé jusqu’à quel moment le son devenait bruit dans ce qui nous est donné à écouter ou à subir dans certaines réceptions ou dans certains lieux publics ; sans parler de ce qui est diffusé sur certaines stations de radio, dont la violence ou la dureté paraissent peu propices à un quelconque adoucissement du comportement. Mais enfin, me direz-vous, ce n’est qu’une question de goût ou de ressenti. Je dois dire qu’une telle réponse ne me satisfait nullement, puisqu’il nous faut bien associer l’art du décibel à certains styles musicaux et à l’usage qu’en font leurs auditeurs. Mais bon, l’art du décibel risque de devenir celui d’une surdité un peu plus précoce que celle, progressive, liée à la vieillesse.

Pourtant, ne soyons pas pessimistes ou médisants. Gardons simplement l’espoir que là où réside l’harmonie à notre oreille, la beauté artistique nous fasse encore souvent vibrer en abordant des rivages intérieurs plus ou moins paisibles.

Les vibrations transmises à nos oreilles procurent des impressions et des sentiments propres à chacun de nous, et la déficience visuelle n’ajoute rien. Elle ne crée pas plus de talent ou d’aptitude à ressentir, percevoir ou interpréter. Être musicien ou mélomane peut être aussi une question d’éducation liée à l’environnement culturel. Tous les musiciens ne sont pas aveugles et tous les aveugles ne sont pas musiciens. Il est vrai, cependant, que la musique est un lien social et que le déficient visuel qui la pratique a ainsi une chance supplémentaire de s’offrir des occasions, grâce à son talent, de créer du lien en ayant une part active dans le groupe où il évolue. Il est alors assez souvent perçu comme un être talentueux, à part entière et l’on se laisse aller à oublier son handicap visuel.

Comment ne pas être reconnaissants à l’art de permettre aux humains que nous sommes de voir plus loin, et d’éprouver une profonde gratitude pour ceux et celles, compositeurs ou interprètes, dont le talent transcende la banalité et les affres du quotidien ?

Marie-Renée HECTOR
Présidente du GIAA

Télécharger le QSLD complet en format HTML, lisible avec votre navigateur (Internet Explorer, Firefox, etc) :

HTML - 192.8 ko
QSLD n° 25 avril/mai/juin 2016

Pour vous abonner gratuitement à la liste de diffusion du Qu’on Se Le Dise, il vous suffit d’envoyer un mail à l’adresse suivante : giaa-qsld-subscribe@yahoogroupes.fr

Vous pouvez également souscrire à la version en braille, en gros caractère, en audio ou à la version papier en renvoyant le bulletin ci-dessous : _