Le congrès international DV 2009

Organisé non loin de Coupvray du 18 au 20 juin 2009 dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la naissance de Louis Braille, ce congrès a été l’occasion de faire un point sur la situation des déficients visuels dans le monde, sur leur intégration scolaire et professionnelle ainsi que sur l’accès au monde de la connaissance. Trente-sept nationalités étaient représentées en provenance des cinq continents.

La situation des aveugles dans le monde

Le premier jour a laissé la place à 7 témoignages de personnes déficientes visuelles. Tour à tour, les intervenants ont présenté la situation des personnes non voyantes dans leur pays respectif puis ils ont partagé leur expérience personnelle. Sir Colin Low, président de l’Union Européenne des Aveugles et du R.N.I.B (Royal National Institute of Blind) représentait la Grande Bretagne. Le sud-africain et ancien président de l’Union Mondiale des Aveugles, William Rowland a décrit la grande pauvreté des aveugles dans son pays. Seulement 1% d’entre eux connaissent le braille. Ensuite l’indien Ajai Kumar Mittal a décrit la situation dans un pays en développement. Certains aveugles sont exemplaires et réussissent mais l’immense majorité, plus des trois-quarts, sont totalement en dehors de toute prise en charge. Une slovène a évoqué la situation particulièrement inconfortable des amblyopes, et une nicaraguayenne a présenté une vidéo regroupant des témoignages brefs mais éloquents de déficients visuels. Enfin la présidente de l’Union Mondiale des Aveugles, Maryanne Diamond est venue parler des déficients visuels australiens. En Australie, la vie pour les déficients visuels n’est réellement possible que dans les villes. Il existe par ailleurs un système qui permet à l’accompagnateur de bénéficier d’une place gratuite pour tout spectacle, déplacement, manifestation sportive. Cette mesure a soulevé beaucoup d’envie. Malgré la diversité des situations selon les pays, il n’en reste pas moins qu’un grand nombre de combats restent communs aux déficients visuels sur l’ensemble de la planète, a souligné Mme Diamond.

Déficience visuelle et intégration

La deuxième journée a été consacrée à une réflexion sur l’intégration scolaire et professionnelle des personnes handicapées visuelles à travers le monde. On compte 6 millions d’enfants aveugles dans le monde parmi lesquels plus des trois-quarts n’ont accès à aucune forme de scolarisation. Malgré le niveau de développement, certains pays déplorent de faibles taux de connaissance du braille. Seulement 1 aveugle sur 10 connaît le braille aux États-Unis contre 1 sur 4 en France. Des efforts restent à faire pour rendre l’apprentissage du braille systématique pour les jeunes aveugles et amblyopes. Seul moyen d’accès à l’écrit, il a été démontré clairement que les braillistes réussissent plus facilement leur insertion professionnelle. Ceci étant, le taux d’inactivité des déficients visuels reste très élevé. Il est principalement la conséquence d’un accompagnement inadapté vers l’emploi et d’un manque de mesures adéquates. Par exemple, en Suède il est interdit de licencier une personne devenue handicapée, ainsi le taux d’inactivité est de 44% chez les DV en Suède contre 66 % en Angleterre.

Plutôt que des quotas, il faut instaurer des services de retour vers l’emploi efficaces.

C’est dans une ambiance très conviviale, autour de plats délicieux, que la seconde journée s’acheva par le dîner du congrès.

L’accès à la culture et aux médias

Différents exposés ont abordé la question de l’audio description, dans un monde où la télévision joue un rôle de plus en plus important. L’accès aux livres numériques, à l’information et aux représentations en relief a également complété les sujets abordés. L’après-midi a été l’occasion de dévoiler les lauréats du concours littéraire « Dire le non visuel ».

Pour clore les 3 jours de débat, un texte a été voté par les congressistes. Intitulé « Charte de Coupvray » ce document exprime les volontés et les exigences des participants concernant l’amélioration des droits et de la situation des personnes déficientes visuelles à travers le monde.