Dans la même rubrique...

La canne blanche

Soeur Marguerite

LA CANNE BLANCHE

Qui connaît la Canne Blanche ?…

Celui qui la connaît ne la voit pas,

Et celui qui la voit ne la connaît pas.

Ma canne blanche ?

Elle est souple et légère

et de simple manière.

Ou bien grande et altière ;

Alors, elle prend de la hauteur

Pour servir votre grandeur.

Elle se plie à mon commandement.

Pas un mot, : c’est le règlement !

Attentive à ne pas déplaire

Elle se met en quatre pour vous satisfaire.

Elle se coule discrètement

Tout au fond d’un porte-documents.

Elle n’est pas contestataire

avec son propriétaire.

Il la laisse dans un coin

quand il n’en a pas besoin.

Elle attend très décontractée

qu’il veuille bien lever le pied.

Elle a le nez sur le plancher
c’est sa manière de marcher.
Elle ne quitte pas vos semelles
et se met toujours devant elles.

Savez-vous qu’en un temps record

elle vire de bord ?

A gauche, à droite, elle prend position.

Mais je connais ses convictions.

Elle a l’art de naviguer

sans jamais perdre pied

Au gré d’une main ferme ou dolente

elle prend la cadence. Elle glisse sur le trottoir

Et caresse les couloirs.

Elle ratisse les boulevards

Allègrement et sans égard,

Et même se hisse avec astuce

Dans le métro ou l’autobus.

Oh ! elle scrute avec soin les dénivelés

Et déteste les pavés
Comme vous le voyez,

Elle ne fait que se promener.
Ma canne blanche n’a pas de nom
mais
elle a tous les noms
 que chante l’Amitié

Nous avons un code secret

dans l’intimité

Et toi, passant de la rue

Toi qui as une longue vue

Toi le bon et clair voyant

Connais-tu ton accompagnant !
Il te connaît et tu ne le vois pas

Il te voit et tu ne le reconnais pas.

Qui que tu sois

Il est près de toi.

Il est Maître et Serviteur

De ta marche et de ton coeur.

Il assure ta sécurité,

Empêche ton pied de glisser

Et te guide avec Fidélité.
Alors, va, ne crains pas ;

En tout temps et en tout lieux
Ta canne blanche,

C’est ton Dieu.