Journée internationale des personnes handicapées

Célébrée chaque année le 3 décembre à l’initiative des Nations Unis, la Journée internationale des personnes handicapées a pour but de mieux faire connaître les questions de handicap, les droits des personnes handicapées et les avantages qu’il y a à les associer à tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle. Il s’agit de veiller à ce que les personnes handicapées puissent exercer leurs droits et participer à la vie de la société sans réserve et dans des conditions d’égalité. Cet objectif a été fixé par le Programme d’action mondial concernant les personnes handicapées, adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1982.

Actions de l’ONU
Les personnes handicapées représentent près d’un dixième de la population mondiale, et nombre d’entre elles se heurtent encore à des obstacles qui les empêchent de participer à la vie de la société.
L’ONU œuvre depuis longtemps en faveur des droits et du bien-être de chacun, y compris des personnes handicapées. Elle s’emploie à leur permettre de participer pleinement et effectivement, dans des conditions d’égalité avec les autres, à la vie civile, politique, économique, sociale et culturelle. Cet engagement a permis le développement du Programme d’action mondial concernant les personnes handicapées et les Règles pour l’égalisation des chances des personnes handicapées. Il est venu renforcer un instrument juridique international, la Convention relative aux droits des personnes handicapées.

Objectifs du Millénaire pour le développement et personnes handicapées
Malgré les nombreux engagements qui ont été pris pour faire une place au handicap et aux personnes handicapées dans le développement, un décalage subsiste. L’ONU et la communauté internationale continuent donc à œuvrer pour inclure les personnes handicapées dans tous les domaines de la vie sociale et du développement.
Des objectifs de développement ont ainsi été arrêtés au niveau international, tels que les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) pour assurer l’intégration des personnes handicapées dans toutes les activités de développement. Le seul moyen de réaliser ces OMD est d’inclure les personnes handicapées et leurs proches, qui pourront par la suite bénéficier des initiatives internationales en faveur du développement.
L’une des méthodes destinée à associer les personnes handicapées au développement est la réadaptation à base communautaire (RBC). Elle est appliquée dans plus de 90 pays du monde. Cette méthode s’adapte à la diversité des conditions socioéconomiques, terrains, cultures et systèmes politiques de par le monde et englobe l’accès aux soins de santé, à l’éducation, aux moyens d’existence, à la participation à la vie locale et à l’intégration dans la communauté. La capacitation des personnes handicapées et de leurs proches est la clef de voûte du programme de RBC.
La RBC sert de trait d’union entre les personnes handicapées et les initiatives pour le développement. Elle est mise en œuvre grâce aux efforts conjugués des personnes handicapées, de leurs proches, des associations, des groupes locaux et des organisations gouvernementales et non gouvernementales (ONG) actives dans le domaine du développement.
De nouvelles idées et solutions vont être étudiées cette année pour examiner de quelle manière la RBC est susceptible de traduire sur le plan opérationnel la Convention relative aux droits des personnes handicapées, les OMD pour tous et les législations nationales en la matière, et rappeler à quel point il importe de prendre en compte les personnes handicapées et leur contribution et de leur permettre de prendre part au développement de leur société.

Comité sur les droits des personnes handicapées :

Le Comité sur les droits des personnes handicapées est un organe chargé de surveiller la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. La première session de ce comité s’est tenu du 23 au 27 février dernier à Genève. A l’ordre du jour, il y a eu l’élection de son bureau, l’adoption de règles de procédure et des discussions sur ses futurs travaux.
La Convention et son protocole facultatif sont entrés en vigueur le 3 mai 2008 après avoir été adoptés par les États Membres de la Convention le 13 décembre 2006. La Convention a pour objet de « promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales par les personnes handicapées et de promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque ».

Principales dispositions de la Convention :
- « Les pays adhérant à la convention s’engagent à élaborer et appliquer des politiques, une législation et des mesures administratives visant à concrétiser les droits reconnus par celle-ci et à abolir les lois, règlements, coutumes et pratiques qui constituent une discrimination. (Article 4)
- Un changement de perception étant essentiel pour améliorer la situation des personnes handicapées, les pays qui ratifient la convention devront combattre les stéréotypes et les préjugés et sensibiliser le public aux capacités des personnes handicapées et à leurs contributions à la société. (Article 8)
- Les pays devront garantir aux personnes handicapées la pleine jouissance de la vie, sur un pied d’égalité avec d’autres (Article 10), garantir l’égalité des droits et l’avancement des femmes et des filles handicapées (Article 6) et protéger les enfants handicapés. (Article 7)
- Les enfants handicapés jouiront de droits égaux, ne seront pas séparés de leurs parents contre leur volonté, sauf si les autorités déterminent que c’est dans le meilleur intérêt de l’enfant, et ne seront en aucun cas séparés de leurs parents au motif de leur handicap ou de celui des parents. (Article 23)
- Les pays devront reconnaître que tous sont égaux devant la loi, interdire la discrimination sur base du handicap et garantir une protection égale aux personnes handicapées. (Article 5) »