Qu'on se le dise
juillet 2015
Nouvelle série - n°23

 

 

Sommaire

ÉDITO

 

ACTUALITÉS

Un livre tactile dédié au travail de Léonard de Vinci

Green Vision : Une tablette pour les non-voyants

De nouvelles solutions pour l’accessibilité au travail

L’ordinateur prêt à l’emploi se diversifie

Tour de France 2015 pour les amateurs aveugles

Un GPS pour guider les aveugles en randonnée

Le monde devient tactile grâce à la technologie 3D

 

VIE DU GIAA

Le Club Emploi renforce son équipe de bénévoles

Café littéraire autour de Jérôme Garcin pour son livre Le Voyant paru en 2014

Le GIAA au Salon du Livre 2015

Vocale Presse disponible sur les smartphones SmartVision

Visite tactile de l’exposition "Le laboratoire de la création" au musée Rodin

Sensibilisation au handicap visuel en école primaire

 

CULTURE ET LOISIRS

Un été 2015 sous le soleil de la culture, des loisirs et de la découverte

Sur la route des soyeux, dans l’ombre et les lumières

Entre Paris Plage et le Louvre

Evgen Bavcar, le photographe aveugle

Randonnées adaptées dans le Parc National de la Vanoise

Vacances en chalets adaptés en Lot-et-Garonne

Le club-théâtre de l’INJA adapte Pinocchio

Découvrir les Cévennes

 

LECTURE

Le livre du moment

Éditions Gros Caractères

 

OURS

 

Nos délégations

 

Services du GIAA

Services audio :

Services Braille et gros caractères :

La lecture directe :

Un Club Emploi :

Les boutiques du GIAA :

Sections du GIAA

 

NOUVEAUTÉS DAISY DU 16 MARS 2015 AU 3 AOÛT 2015

Arts et Loisirs

Biographies

Généralités

Géographie

Handicap

Histoire

Jeunesse

Littérature

Philosophie

Poésie

Psychologie

Religion et spiritualité

Santé et médecine

Sciences et Techniques

Sciences sociales

 

 

ÉDITO

Portrait de Marie-Renée Hector avec son chien guide Bischka.Tous les déficients visuels sont, dans l’ensemble, d’accord pour reconnaître les nombreux bienfaits de la technologie, dès lors qu’il s’agit d’accès à la connaissance. Avec les terminaux braille et les lecteurs d’écran, les livres sur CD ou cartes SD, le nombre d’ouvrages accessibles s’est accru et hautement diversifié. Le champ des possibles en matière culturelle s’est énormément élargi.

Pourtant, il existe des cas où la technologie a créé quelques blocages dans le quotidien des non et malvoyants. Nous en citerons ici quelques petits exemples pourtant importants, plus particulièrement, sans mentionner les logiciels et les sites internet pour lesquels la déficience visuelle a été oubliée.

- L’avènement des claviers digitaux peut devenir une « plaie » quand on y voit mal ou pas du tout. De plus en plus d’immeubles sont à présent équipés d’un écran sur lequel il faut faire défiler des noms qui ne sont pas sonorisés. Ainsi, il est impossible, avec pas ou presque pas de vision, de vous débrouiller pour sélectionner qui que ce soit. Heureusement, le téléphone portable pallie ce mal, quand vous y avez bien noté le numéro de la personne visitée. Dans le cas contraire, il faut attendre que quelqu’un de bonne volonté arrive pour faire le travail à votre place.

- Beaucoup d’ascenseurs sont désormais munis d’un clavier où les étages sont marqués en Braille et/ou en relief et c’est vraiment agréable. Depuis quelques années, le nombre d’ascenseurs et de codes ainsi accessibles a augmenté. Malheureusement, la « plaie digitale » commence à gagner les constructeurs qui, dans certains immeubles, équipent les ascenseurs de claviers sans touches tactiles, pour le plaisir de l’esthétique, nous dit-on. Et c’est l’enfer pour sélectionner son étage.

Dans le domaine de la cuisine, il devient de plus en plus compliqué de trouver des cuisinières faciles à utiliser sans la vue, certaines d’entre elles ne disposant que de touches tactiles de plus en plus répandues. Dans des cas comme ceux-ci, la technologie contribue à l’exclusion ou à la privation de plusieurs aspects de l’autonomie qui, auparavant, laissaient moins de place au tout visuel. Il y a toujours quelque chose pour contrarier notre soif d’autonomie et nos petites joies quotidiennes. Ce que la technologie nous donne d’un côté, elle nous le reprend parfois de l’autre, semble-t-il. Nous avons des téléphones performants avec GPS, des télécommandes qui déclenchent les feux de circulation, des détecteurs de couleurs pour choisir nos vêtements. Certes, mais si il n’est plus possible de se faire cuire un steak ou de rentrer tranquillement dans un immeuble récent. Des déficients visuels risqueront-ils de faire des régimes forcés ou de rester dehors sous la pluie en attendant que les voisins arrivent ? Sans compter que, si ça continue, nous aurons des chaussures, des chapeaux et des vêtement vibrants pour nous signaler des obstacles à différents endroits et différentes hauteurs. Que de vibrations sur le corps ! C’est à se demander si nous serons assez forts pour recevoir toutes les informations à la fois. Tout progrès traîne donc derrière lui quelques boulets plus ou moins encombrants, dont certains sont liés à de réelles bonnes intentions et d’autre à l’oubli des aspects purement pratiques liés au risques de fatigue nerveuse liée à trop d’efforts de concentration.

Marie-Renée HECTOR, présidente du GIAA

 

retour au sommaire

 

ACTUALITÉS

Un livre tactile dédié au travail de Léonard de Vinci

Suite à l’exposition Léonard de Vinci, projets, dessins, machines... présentée à la Cité des sciences et de l’industrie, lors la saison 2012-2013, Universcience publie Da Vinci Touch, un livre tactile en relief et au visuel contrasté. Au travers de sa fondation d’entreprise, Kone a soutenu ce projet rare et innovant, avec pour objectif de favoriser l’accessibilité à la culture pour tous et particulièrement pour les personnes souffrant de déficience visuelle.

Da Vinci Touch : Un Coffret bilingue à voir, toucher et écouter

Le coffret Da Vinci Touch se compose de 21 planches en relief, d’un livret explicatif en anglais et en français, aux textes courts et aux images contrastées, et d’un CD audio avec des textes approfondis dans les deux langues. Il évoque les univers techniques, scientifiques et artistiques développés par Léonard de Vinci.

Précurseur des temps modernes, ce remarquable homme d’art et de sciences de la Renaissance est l’inventeur de machines fabuleuses. Le coffret Da Vinci Touch, destiné aux déficients visuels, a pour ambition de leur permettre de mieux appréhender l’univers de ce génie universel, tant du point de vue technique qu’artistique.

Grâce à une technique de fabrication unique et précise, les reliefs sont empreints par gaufrage sur un papier japonais spécialement importé. Le livret adjoint est imprimé en valeurs de gris et en grands caractères, permettant une définition très pointue adaptée aux mal et non-voyants.

Photographie de l'ensemble des document constituant l'édition.L’évidence du mécénat de la fondation d’entreprise Kone France

Partageant les valeurs d’accessibilité à la culture et à la science d’Universcience, la Fondation d’entreprise Kone France a souhaité s’investir dans le projet pour permettre aux déficients visuels de bénéficier d’un ouvrage de référence de qualité adapté à leur handicap. « Créée en 2006 à l’initiative de la filiale française du Groupe, la Fondation d’entreprise Kone France est née de la volonté d’accélérer le développement de projets innovants autour de l’accessibilité et en faveur de l’amélioration de la qualité de vie des personnes au quotidien », explique Hugues Delval, Directeur Général de Kone France et Président de la Fondation d’Entreprise Kone France. « Soucieux de favoriser l’accès à la culture sous toutes ses formes, nous sommes fiers d’accompagner la parution de cet ouvrage unique et de qualité. En tant que leader en innovation, il nous a semblé évident de nous associer à Universcience sur ce projet d’excellence pour insuffler une nouvelle dynamique à la culture scientifique et technique. »

 

Le projet voit le jour grâce à l’étroite collaboration de Cyrille Gouyette, Chef du service éducation et formation du Musée du Louvre, et à l’immense travail des auteurs :

- Pascal Brioist, professeur-chercheur au Centre d’études de la Renaissance à l’Université de Tours, historien des sciences et des techniques, passionné et fin connaisseur des travaux de Léonard de Vinci.

- Hoëlle Corvest, chargée de projets et de médiation à la Cité des Sciences et de l’Industrie et au Palais de la Découverte.

- Christian Bessigneul, graveur, concepteur d’images tactiles et contrastées, professeur émérite de l’École Estienne, École supérieure des arts graphiques de Paris (Ensag).

 

Kone est un acteur majeur dans l’industrie des ascenseurs et des escaliers mécaniques. Depuis plus d’un siècle, le groupe s’est consacré à comprendre les besoins de ses clients, leur offrant des ascenseurs, des escaliers mécaniques et des portes automatiques de première qualité, ainsi que des solutions de modernisation et de maintenance. La société a pour objectif d’offrir la meilleure expérience de déplacement des personnes – People Flow® – en proposant des solutions pour circuler en douceur, en toute sécurité, de manière confortable et sans attente dans les immeubles, dans des environnements de plus en plus urbanisés. En 2014, le chiffre d’affaires de Kone a été de 7,3 milliards d’euros et le Groupe comptait près de 47.000 collaborateurs. Kone est coté au Nasdaq OMX Helsinki Ltd en Finlande. www.kone.com

 

Établissement public rassemblant le Palais de la découverte et la Cité des sciences et de l’industrie, Universcience a pour mission de rendre les sciences accessibles à tous. Il propose pour cela à ses visiteurs de vivre une expérience à la fois unique et immersive dans le monde des sciences à travers des expositions temporaires ou permanentes à la muséographie innovante, des conférences, des éditions, des espaces dédiés aux enfants, aux ressources, documentaires et numériques, aux services dans les domaines de la santé et de l’orientation professionnelle et à l’expérimentation d’outils innovants.

Complétée et enrichie par la médiation déployée sur chacun des sites, Universcience offre à tous, quel que soit l’âge ou le parcours, des repères pour appréhender le monde et ses avancées scientifiques et techniques, pour comprendre les enjeux du XXIe siècle. Outre ses missions traditionnelles, Universcience s’attache à développer des espaces et des modes de médiation novateurs en lien avec les nouvelles technologies et le numérique afin de favoriser la créativité, le partage et la co-création pour ses publics de 15-25 ans avec un Fab Lab, un Living Lab, des Master class... www.universcience.com

 

Green Vision : Une tablette pour les non-voyants

Certains outils technologiques permettent aux non-voyants de surfer sur Internet. Mais ces appareils sont onéreux et peu mobiles. La start-up Blitab Technology entend y remédier. Elle a mis au point une tablette qui permet à l’utilisateur de traduire et de rédiger des contenus numériques en Braille.

 

Illustration 3D du prototype : une tablette grise avec des bords métalliques chromés et arrondis.
Sur la surface plane on distingue les points braille ainsi qu'au milieu de cette surface, les touches familières de l'embosseuse "Perkins".C’est pendant sa dernière année de master à l’université de technologie de Sofia que Kristina Tsvetanova s’est entendu demander par un condisciple assis à côté d’elle si elle pouvait l’inscrire à sa place à un cours en ligne. La requête l’a d’abord surprise. Après tout, tout le monde s’attend à ce qu’un étudiant d’aujourd’hui sache se servir d’un ordinateur et d’Internet. C’est alors qu’elle s’est aperçue que le jeune homme assis à ses côtés était non-voyant. "Pour la première fois, j’ai pris conscience que les technologies dont nous faisions un usage intensif n’étaient pas ou difficilement accessibles à certains groupes de personnes, dont les non-voyants", confie au Standard l’étudiante en ingénierie commerciale, aujourd’hui âgée de 25 ans.

Il existe bien des outils technologiques comme les logiciels de lecture ou de grossissement d’écran, les machines à lire électronique, les dispositifs de saisie en Braille ou les outils de synthèse vocale qui convertissent les informations électroniques en contenus audio. Mais, outre leur prix élevé, ces outils sont assez peu pratiques. Jusqu’à maintenant, les non-voyants n’avaient qu’un accès limité aux appareils mobiles à la mode que sont les tablettes. C’est cette rencontre avec un condisciple non-voyant qui pousse Kristina Tsvetanova à se lancer dans un projet ambitieux : la conception d’une tablette destinée aux déficients visuels. D’ici la fin de l’année, les principales étapes du projet auront été franchies et le premier prototype du "Blitab" sera présenté.

Des applications ont d’ores et déjà vu le jour pour cette tablette qui s’est déjà vu décerner plusieurs prix récompensant ses innovations techniques et son utilité sociale alors qu’elle était encore baptisée "Green Vision". Afin de se prémunir contre les imitations, la responsable du projet n’a révélé que quelques-unes des spécifications de l’appareil qu’elle va fabriquer avec son petit ami, Slavi Slavev, et le jeune frère de celui-ci, Stanislav (tous deux spécialistes en conception logicielle et 3D).

Elle en dévoile néanmoins certaines particularités. Ainsi, une nouvelle technologie d’écran permet de percevoir les surfaces lisses au toucher. Des petits cylindres semblables à des boutons ou à des petites bulles sortent de l’écran pour traduire le contenu numérique en Braille à l’aide d’un logiciel de conversion inclus dans l’appareil.

La rédaction de contenus est rendue possible par un clavier de Perkins qui autorise l’écriture en Braille. Le corps de l’appareil, qui mesure entre 10 et 11 pouces, est composé à 60 % d’aluminium, l’énergie étant stockée dans des batteries zinc-air. Début 2014, Kristina Tsvetanova et les frères Slavev ont quitté leur pays natal, la Bulgarie, pour Vienne, le "cœur de l’Europe" – avec pour tous bagages quelques valises et leurs économies. Tout simplement parce que les conditions y sont plus propices au lancement d’une start-up, expliquent-ils. À leur arrivée, ils ont d’abord occupé des postes de consultants dans une grande entreprise, tout en continuant à plancher inlassablement sur leur projet de tablette pendant leur temps libre, en essayant de surmonter les barrières linguistiques et psychologiques. "On voulait savoir si on était vraiment sur la bonne voie dans le processus de mise au point et si on répondait vraiment aux besoins de notre groupe cible, à savoir les déficients visuels", confie Kristina Tsvetanova. Mais comment fait-on pour entrer en contact avec des déficients visuels à Vienne quand on est Bulgare ? En associant la chance et le culot. Un jour, ils aperçoivent, descendant du tram, un jeune homme muni d’une canne blanche et l’abordent. Gerhard, 18 ans, vient de terminer ses études secondaires. Il accepte de tester un modèle en 3D pour voir si le système de reproduction des points saillants de l’écriture Braille est d’utilisation aisée. Le jeune non-voyant soutient depuis lors le projet Blitab, avec l’Association autrichienne d’aide aux déficients visuels. Après avoir présenté leur projet à différents concours, les concepteurs font rapidement parler d’eux. Grâce à l’argent des prix remportés entre-temps et à une aide de l’État, les jeunes Viennois d’adoption quittent leur emploi pour consacrer toute leur énergie à la fabrication d’un appareil opérationnel.

Le potentiel d’un tel outil semble considérable. D’après les statistiques de l’OMS, le monde comptait 39,8 millions de non-voyants et 285,3 millions de malvoyants dans le monde en 2013, dont 20 % maîtrisaient le système d’écriture à points saillants mis au point par le Français Louis Braille en 1825. Depuis peu, certains redoutent que les outils de vocalisation et d’affichage dynamique ne fassent reculer l’apprentissage du Braille.

La maîtrise de ce système d’écriture est une condition importante de l’insertion des non-voyants dans le monde du travail. Le Braille se retrouve aujourd’hui sur les médicaments, les produits alimentaires, mais aussi dans les lieux publics, comme les ascenseurs. Les jeunes entrepreneurs espèrent pouvoir présenter un prototype commercialisable d’ici à la fin de l’année. Ils se mettront ensuite en quête d’investisseurs pour pouvoir débuter la production en série du Blitab. D’après Kristina Tsvetanova, son prix de vente devrait avoisiner les 2000 euros. À des fins de test et dans un souci d’amélioration constante, le produit sera mis à la disposition d’associations d’aide aux déficients visuels et de bibliothèques.

Kristina Tsvetanova est pleinement consciente du fait que les attentes grandissent à mesure que son projet recueille des prix et fait parler de lui dans les médias. "Mais cela ne fait que renforcer notre motivation à réussir".

 

De nouvelles solutions pour l’accessibilité au travail

Nombreux sont les déficients visuels qui trouvent leur poste de travail inaccessible à cause des logiciels métiers (ERP, logiciels métiers, saisie des congés, etc.). De même pour les postes en formation ou à accès public. Mais aussi nombreux sont les dirigeants ou responsables de structures ou de pôles RH qui se sentent démunis face à ces problématiques, notamment du fait de leur coût.

Pourtant, les fonds de financement des aménagements des postes de travail disposent de millions d’euros non dépensés. L’entreprise Hypra espère mettre fin à ce paradoxe. Créée par 2 déficients visuels et un élève de HEC, cette société s’est dotée de développeurs chevronnés pour mutualiser les compétences et offrir un vrai service d’accompagnement des entreprises pour le poste de travail de leurs salariés handicapés. Financée au titre de l’AGEFIPH ou du FIPHFP, la prestation de Hypra se décompose en 2 volets indépendants :

- diagnostic : étude de l’environnement de travail de chaque personne, des difficultés liées au logiciel, de sa capacité à évoluer, de la capacité des aides techniques du marché surmonter ses limites d’accessibilité indépassables à son niveau.

- adaptation : Hypra peut sur cette base offrir une maîtrise d’ouvrage pour rendre accessible des logiciels, ainsi qu’une maîtrise d’oeuvre pour permettre à un lecteur d’écran de rendre accessible un logiciel.

Les développements de Hypra comme maître d’œuvre sont sous licence libre, donc reproductibles dans toute l’entreprise voire auprès des partenaires externes. Cette économie d’échelle peut même s’accroître si le logiciel faisant l’objet de la maîtrise d’ouvrage est libre également. Cette mutualisation doit permettre des économies d’échelle importantes pour les entreprises, pour les financeurs, et une accessibilité plus forte des postes de travail pour un public plus large.

Un ensemble de rencontres seront organisées prochainement pour rencontrer les recruteurs et employeurs afin de leur apporter des explications et de leur présenter l’expertise Hypra.

 

L’ordinateur prêt à l’emploi se diversifie

Deux jeunes non voyants, soutenus par un étudiant de HEC Paris, viennent de mettre au point le premier PC à accès universel : le PAU. Conçu depuis dix ans en partenariat avec les bénévoles œuvrant pour une informatique libre, il met à la disposition de toute la population les fonctions nécessaires sur un ordinateur de travail: traitement de texte, Internet, messagerie, communication, et même des outils multimédias capables de lire tous les formats audio et vidéo du marché (en ligne comme embarqué).

 

Logo de l'entreprise Hypra. 
Une fusée, avec un œil en son centre, semble voler à gauche du nom de l'entreprise. Le sous titre indique "Progressons ensemble"."L’utilisateur voyant appréciera la sobriété de l’interface", confie Corentin Voiseux, un des fondateurs de Hypra, à l’origine de ce projet. "Le déficient visuel sera content de ne pas devoir choisir, au moment de son achat, entre une aide vocale, braille ou loupe à la vision", nous indique Raphaël Poitevin, cofondateur de la société. En effet, la revue d’écran, tout comme la loupe, sont directement intégrés dans l’ordinateur. Le PAU, c’est la simplicité inspirée de la philosophie Apple alliée à la puissance de NVDA et Zoomtext réunis. "J’ai trouvé que Mac portait beaucoup d’espoir mais malgré son prix relativement élevé, on n’était pas toujours accompagné selon où on l’achetait et apprendre Voiceover quand on vient de Jaws ou NVDA, et encore plus quand on vient d’un autre univers que la déficience visuelle, m’a paru complexe", indique Jean-Philippe MENGUAL, président d’Accelibreinfo et à l’origine du projet. "Si l’apprentissage de cette techno via des associations rend service à beaucoup d’utilisateurs, tout le territoire n’est pas couvert". C’est pourquoi pour moins de 1000 euros, Hypra inclut dans son PAU commun cinq heures de formation et une garantie de support. "Sachant, précise Raphaël Poitevin, que les cinq heures sont largement suffisantes puisque les raccourcis clavier sont les mêmes qu’avec Jaws et NVDA". C’est donc beaucoup d’espoir que nous apporte cet appareil, en terme de facilité de communication avec les voyants et de prise en main. Il combine toutes les forces des technologies récentes pour y ajouter un accompagnement, qui est la principale faiblesse des principaux produits du marché actuel, vendus sans réel support ou exigeant un prix très élevé pour être formé un minimum.

Pour permettre à chacun de vérifier que la machine tient ses promesses, Hypra organisera des démonstrations partout en France, et débutera par Paris ces prochaines semaines, auprès notamment d’associations comme la FAF, le GIAA, le site d’information Edencast, la Cité des Sciences, etc. Les premiers retours utilisateurs nous en diront plus sur ce qui est à attendre de ce qui se veut comme l’innovation de 2015 en matière d’ordinateurs accessibles.

 

Tour de France 2015 pour les amateurs aveugles

Des cyclistes à flanc de montagne, le coureur au maillot jaune est au premier plan.C’est le 102e, de la ville d’Utrecht (Pays-Bas) jusqu’aux Champs-Élysées, du 4 au 26 juillet 2015. 21 étapes sur une distance de 3.360 kilomètres. HandiCaPZéro et A.S.O. sont une fois encore sur la ligne de départ pour permettre aux fans de vélo aveugles et malvoyants de suivre la grande boucle du bout des doigts ou en audio. Les contenus web issus du site officiel letour.fr sont accessibles sur handicapzero.org (rubrique sport/Tour de France/en direct du site letour.fr) : étapes, classements, vie du Tour... Pour ne rien manquer de l’actualité pendant l’événement ; à consulter sur ordinateur, tablette et smartphone en plusieurs langues.

 

 

 

Un GPS pour guider les aveugles en randonnée

"Jamais je n’aurais imaginé m’aventurer tout seul sur ces chemins" : cinq randonneurs aveugles ou malvoyants ont traversé cette semaine les Vosges en quasi-autonomie, munis de leur canne blanche et d’un système innovant de GPS qui pourrait à terme améliorer le quotidien de millions de déficients visuels.

À travers champs et forêts, les participants ont arpenté quelque 80 km en six jours, sans devoir mettre leurs pas derrière ceux d’un marcheur voyant, comme cela se pratique habituellement. Porté dans une petite sacoche sur la poitrine, leur smartphone, utilisé comme GPS, leur indique à échéances régulières les virages et bifurcations du sentier. "Point 15, 11h, 194 m", égrène la voix synthétique et saccadée du GPS. Ce qui signifie que dans moins de 200 mètres, il faudra tourner "à 11h" (légèrement à gauche).

 

Dans un bois, deux randonneurs (un homme et une femme) marchent d'un bon pas aidés de leur canne blanche et d'un bâton de marche.

 

L’itinéraire, très précis, a été préalablement numérisé par des bénévoles de la Fédération française de randonnée pédestre, qui ont également enregistré dans le système les obstacles en travers du chemin.

"Ce qui reste difficile, c’est de repérer avec la canne l’emplacement exact du sentier", dit Jean-Claude Heim, 63 ans, un habitué des randonnées en duo qui s’essaye pour la première fois à ce type de marche autonome. "Il faut rester très concentré", ajoute en souriant cet ancien enseignant, aveugle de naissance. Une concentration qui ne l’empêche pas de profiter de "tout ce qu’on peut récupérer du paysage: les odeurs, les sensations tactiles, la pluie, le bruit des oiseaux..."

"La rando est un excellent exercice qui permet de reprendre confiance en soi. C’est formidable de retrouver ce sentiment de liberté", s’enthousiasme Nicolas Linder, 30 ans, en balayant le sentier avec sa canne blanche.

Le système "Navi’Rando", souligne le jeune homme, pourrait jouer un rôle crucial pour aider les déficients visuels à gagner en autonomie, alors que "95% d’entre eux ont du mal à sortir de chez eux" sans assistance.

Pour les concepteurs du dispositif, cette traversée des Vosges est un test grandeur nature. "L’étape d’après, c’est de faire en sorte que ça puisse marcher partout, même dans des endroits où on ne capte pas le signal GPS", explique Jesus Zegarra, un ingénieur en électronique qui travaille depuis cinq ans sur ce projet au sein de l’Université de Strasbourg. Pour cela, c’est la "centrale inertielle" du smartphone qui prendra le relais, c’est-à-dire le gyroscope, l’accéléromètre et même le baromètre (pour mesurer les variations d’altitude). "On pourrait ainsi imaginer que les aveugles puissent se déplacer seuls dans les couloirs du métro", souligne M. Zegarra.

En attendant, le système GPS est déjà utilisable en milieu urbain, dans la rue. "Avec ça, je m’autorise à être moins concentré, je ne suis plus obligé de compter mes pas pour savoir à quel moment changer de direction", explique Clément Gass, 27 ans, qui avait déjà l’habitude de marcher seul, chaque jour, dans les rues de Strasbourg pour se rendre de son domicile à son travail.

Le 13 juin, ce sportif quasi aveugle a utilisé le "Navi’Rando" pour une première mondiale : il a couru un trail de 26 km parmi 219 participants voyants. "Nous espérons que cette application va aider à changer le regard porté sur le handicap, et donc à améliorer l’accès à l’emploi des déficients visuels", souligne Laurence Rasseneur, enseignante-chercheur à la faculté des sciences du sport de Strasbourg et membre de l’équipe qui a mis au point l’application.

 

Le monde devient tactile grâce à la technologie 3D

Par Odile Gnanaprégassame

 

Rendre accessible aux personnes déficientes visuelles le monde qui les entoure. C’est le pari qu’ont lancé Chris Delepierre, ingénieur et Thomas Delbergue designer, deux jeunes entrepreneurs issus de la région Nord-Pas-de-Calais.

 

Tout commence par la création de l’entreprise sociale Tri-D (comprenez "Troisième révolution industrielle" ou "Troisième révolution des idées"), dont la vocation est de "mettre l’innovation technologique au service de l’innovation sociale". Le binôme mise sur les technologies du numérique associées à l’impression 3D. Il développe actuellement le projet "Toucher pour voir". L’idée consiste à reproduire le patrimoine architectural, historique, géographique ou culturel en miniatures et maquettes 3D, pour le rendre accessible par le toucher au public non et malvoyant.

 

Les deux hommes souriants et fiers de leurs créations. Le logo Tri-d avec une ampoule stylisée, sous-titré : "La troisième révolution des idées"

Le Nord-Pas-de-Calais à l’honneur

Les deux entrepreneurs, très attachés à leur région, se positionnent sur une économie solidaire, sociale et durable ancrée sur le territoire du Nord-Pas-de-Calais. Ils se sont d’ailleurs mis en relation avec le tissu économique et culturel local pour expérimenter leurs idées. Tri-D s’est aussi rapproché des associations et des structures en lien avec la déficience visuelle, pour mieux appréhender les problématiques qui se posent. C’est donc tout naturellement que ce territoire se voit consacrer les premières réalisations de la déclinaison "Toucher pour visiter". Avec un kit tactile de la région, comprenant la reproduction des principaux monuments et symboles qui la représente, pour que chacun puisse se représenter l’environnement dans lequel il vit. Un partenariat a été noué avec le LaM (Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut) pour la conception d’une mallette pédagogique composée entre autres de 2 sculptures répliquées en puzzle tridimensionnel.

Ce système de mallette pourrait être étendu à d’autres musées, collectivités ou offices de tourisme et permettre d’organiser des visites hors-les-murs. Ce qui n’empêchera pas d’implanter des maquettes tactiles sur le lieu même des édifices ou monuments concernés.

 

 

La 3D au service de la médiation culturelle et sociale

Ce qui est formidable avec ce concept de lecture tactile du monde qui nous entoure, c’est qu’il gomme les barrières qui séparent à priori les publics voyant et déficient visuel. "Toucher pour visiter", permet à un public large, notamment aux enfants, de découvrir autrement que par le visuel, les richesses d’un territoire ou des œuvres d’art. Jubilatoire quand on sait que le mot d’ordre dans les musées est "ne pas toucher" ! Sensibiliser à la déficience visuelle et percevoir autrement les choses, c’est l’objet de la déclinaison "Toucher pour changer de regard". Des ateliers "dans le noir" avec un public voyant et déficient visuel favorisent les échanges enrichissants. Sur la thématique de la découverte de la ville de Lille par exemple, les personnes non ou mal-voyantes vont percevoir au toucher des détails qui échappent aux personnes voyantes. Et vice versa. Enfin, la déclinaison "Toucher pour se repérer" consiste à créer des plans en relief et des maquettes tactiles, des équipements qui faciliteront les déplacements de tous. L’équipe planche actuellement sur l’élaboration de plans tactiles pour le LaM. Tri-D dispose depuis peu de ses propres imprimantes et d’un scanner 3D, grâce à la campagne de dons lancée en mars dernier sur la plateforme en ligne de crowdfunding KissKissBankBank. Le projet a remporté un large succès, puisque soutenu par plus de 200 donateurs venus de divers horizons, il a recueilli près de 13.000 €, en lieu et place des 10.000 € escomptés !

 

 

3 questions à Chris Delepierre, co-fondateur de Tri-D

Un particulier peut-il solliciter une demande personnelle ?

Chris Delepierre. Le modèle que nous avons pensé est plus viable à une échelle collective, parce que malgré la démocratisation de ces nouvelles technologies, elles ont tout de même un coût. La production se fait en deux étapes : la modélisation, à partir de photos scannées ou de fichiers, payant ou libres de droits, disponibles sur des plateformes de partage de fichiers 3D ; son coût peut varier entre 300 et 400 euros. Suivie de l’impression 3D, avec la technique que nous utilisons (dépôt de fil), elle peut coûter entre 10 et 100 euros. Les particuliers peuvent tout à fait nous contacter pour une demande individuelle : le buste d’un proche par exemple, dans ce cas nous n’intervenons qu’en région Nord-Pas-de-Calais ; ou un monument. Dernièrement, nous avons réalisé une miniature de la basilique de Reims pour un cadeau d’anniversaire.

 

Quel était votre objectif en vous lançant dans l’aventure Tri-D ?

C. D. Notre objectif est la transmission des savoirs par le toucher. Nous souhaitons que ce qui est visuel devienne accessible par le toucher. Nous poursuivons aussi l’ambition d’étendre cette technologie et de la rendre plus accessible. Dès lors, nous accompagnons les collectivités et structures demandeuses dans l’utilisation de cette technologie, qui nécessite tout de même certaines compétences. Nous avons rencontré l’INJA (Institut des jeunes aveugles) en octobre dernier et nous avons appris que l’institut avait acquis une machine d’impression 3D sur l’impulsion d’un stagiaire. Cependant, personne ne savait l’utiliser. Nous leur avons donc proposé une formation et nous attendons leur retour. Le potentiel est à mon avis très important pour l’éveil au monde des enfants aveugles. Nous savons qu’il y a un besoin auquel on peut répondre par la démocratisation de ces nouvelles technologies. Mais le grand enjeu reste culturel et pédagogique.

 

Le projet "Toucher pour voir" est-il amené à se développer en dehors du Nord-Pas-de-Calais ?

C. D. Nous cherchons à créer une communauté, nous sommes ouverts à toute collaboration, dans d’autres régions également. Par ailleurs, ce projet pourra être essaimé partout, il lie le numérique au physique. Il s’agit de penser le global pour agir en local. C’est dans cette optique que nous mettons à disposition les fichiers 3D que nous créons sur une plateforme web. Ainsi partout dans le monde, on pourra imprimer ces objets !

Pour en savoir plus : www.tri-d.fr

 

 

retour au sommaire

 

VIE DU GIAA

Le Club Emploi renforce son équipe de bénévoles

Par Odile Gnanaprégassame

 

À la rentrée, le Club Emploi s’agrandit en accueillant une nouvelle antenne régionale dans le Grand Est (Franche Comté, Bourgogne, Lorraine, Alsace). Pour fonctionner, elle aura besoin d’accompagnateurs, déficients visuels en particulier.

Le Club Emploi a pour objectif de répondre aux problématiques que rencontrent les personnes aveugles ou malvoyantes dans leur recherche d’emploi. Rappelons que le taux de chômage des personnes handicapées visuelles atteint les 30 % chez les 25-49 ans, contre une moyenne nationale de 8 %. Des difficultés à trouver ou à se maintenir dans l’emploi, à convaincre les employeurs : voilà ce à quoi sont trop souvent confrontées les personnes déficientes visuelles. Pour les conseiller et les soutenir dans leurs démarches, la structure s’est dotée de méthodes et de dispositifs spécifiques mis en pratique par une équipe d’accompagnateurs bénévoles et qualifiés.

Un engagement synonyme de partage et de solidarité

"Pour devenir accompagnateur, il faut une forte motivation à vouloir aider, estime Thierry Mesnard, accompagnateur non-voyant depuis 4 ans. Pour ma part, j’ai eu une vie professionnelle très riche, j’ai terminé ma carrière comme directeur adjoint d’une caisse régionale de Sécurité sociale. Mais j’ai réalisé à quel point le monde du travail peut être complexe pour les personnes handicapées". Retraité, il va mener des actions de sensibilisation au handicap dans les entreprises en tant qu’auto-entrepreneur. C’est à cette époque qu’il entend parler de l’action du Club Emploi. Partager son expérience, c’est ce qui a amené André Colarossi, ancien cadre technique dans l’industrie pétrolière, à s’engager il y 4 ans également, en tant qu’accompagnateur voyant : "Quand on a atteint la soixantaine, on a une certaine expérience de la vie, c’est un atout pour aider les candidats".

 

Photographie : la page "Emploi" d'un journal papier.

Des accompagnateurs... accompagnés

"Pour être retenu, le profil de l’accompagnateur doit être cohérent en terme d’expérience et de disponibilité. Les postulants ont ensuite un entretien avec des membres de l’équipe", explique Marie Vaillant, coordinatrice Ressources Humaines et Bénévolat au GIAA. Une fois intégrés, ils travaillent en binôme voyant/déficient visuel. Par ailleurs, un certain nombre d’outils est mis à leur disposition afin de les épauler. Le guide "Vers l’emploi", édité par l’association, présente une analyse des différents obstacles auxquels sont confrontées les personnes déficientes visuelles dans la recherche d’emploi. Le bilan de compétences visuelles sert à déterminer ce que la capacité visuelle du candidat lui permet ou non de faire dans un cadre professionnel. En fonction de cela, il pourra cibler au mieux ses recherches en sachant présenter son handicap visuel aux recruteurs. Car il y a autant de situations qu’il y a de candidats. "Il existe une diversité dans la malvoyance et la cécité. Le handicap peut être ressenti de manière différente selon les histoires personnelles, confirme Thierry Mesnard. La partie psychologique est très importante. Une personne qui vient d’être licenciée ou qui vient de perdre la vue est très fragilisée psychologiquement". Pour être efficaces, les accompagnateurs bénéficient de soutien. Ils se réunissent une fois par mois au GIAA pour échanger, partager leurs expériences, et, si besoin, trouver des solutions ensemble pour répondre à une situation complexe. En complément, des formations thématiques sont prévues chaque année, à raison d’une session de deux heures par mois. En 2014, par exemple, elles ont été conduites par une psychologue spécialisée dans les groupes de parole, autour de la question du "processus de deuil".

Une approche et des solutions personnalisées

L’accompagnement se déroule sous la forme de réunions de travail en face à face ou par téléphone (le GIAA dispose d’un outil de téléconférence qui permet une conversation à plusieurs). Définition et construction du projet, formulation du CV et de la lettre de motivation, simulations d’entretiens... Autant de points qui sont abordés et approfondis lors de ces rendez-vous. Cela requiert un investissement sérieux de la part du candidat, qui signe une charte avant de débuter son accompagnement, et aussi de la part des accompagnateurs. Malgré tout, le candidat reste autonome dans ses décisions. "Attention à ne pas être directif. Le sens de l’écoute, c’est fondamental. Il ne faut pas se substituer à la personne accompagnée", confirme Thierry Mesnard. La mission de l’accompagnateur est de favoriser l’insertion professionnelle de chaque candidat en fonction de sa situation personnelle et de son parcours. Cela peut se traduire par une entrée en formation. C’est le cas pour Cyprien de Jabrun, 28 ans, malvoyant : "Après avoir obtenu mon master en droit pénal, je m’étais focalisé durant deux ans sur les concours de la fonction publique, mais les oraux me posaient des difficultés. J’ai alors sollicité le Club Emploi pour me préparer. Mes accompagnateurs m’ont aidé à orienter mon projet professionnel. Par exemple, Thierry Mesnard m’a donné une liste de valeurs à classer en fonction de mes priorités et de ce que je souhaitais faire. Finalement, je me tourne vers le droit du handicap. J’ai postulé au master intitulé "Situation de handicap et participation sociale" à Rennes. Nous avons travaillé sur la candidature et j’ai été admis. Grâce à cet accompagnement, je suis plus à l’aise à l’oral et j’ai découvert des opportunités que je n’avais pas envisagées auparavant." D’autres ont besoin d’un petit coup de pouce, comme la très dynamique Carole Guillaume, 46 ans, malvoyante de naissance, ancienne fleuriste en reconversion professionnelle : "Dix mois après avoir terminé ma formation pour être agent d’accueil et d’information, je rencontrais d’énormes difficultés pour décrocher un entretien. Je me suis tournée vers le Club Emploi. Après quelques rendez-vous avec André Colarossi, durant lesquels nous avons revu mon CV et travaillé la préparation aux entretiens, je me suis sentie reboostée."

Sensibilisation aux handicaps visuels en entreprise

L’accompagnement personnalisé du Club Emploi a un impact sur les candidats. Mais ce n’est pas suffisant. "La malvoyance est difficile à appréhender pour les employeurs. Selon le type d’atteinte de la vision, l’adaptation au poste sera très différente", précise Marie Vaillant, chargée de mission au Club Emploi et coordinatrice Ressources Humaines et Bénévolat. Il est essentiel de comprendre et d’analyser les freins à l’embauche, en échangeant avec les responsables du recrutement mais aussi avec les collaborateurs. C’est tout l’enjeu des ateliers de sensibilisation en entreprise, qui abordent de manière ludique et pédagogique cette problématique. Le groupe Nutrixo a d’ailleurs décidé de créer un poste pour un déficient visuel après avoir accueilli une animation de ce type fin 2014.

Si vous souhaitez devenir bénévole au GIAA, notamment pour participer aux actions de sensibilisation, ou spécifiquement en tant qu’accompagnateur, faites-vous connaître en envoyant un mail à l’adresse suivante clubemploi@giaa.org. Vous êtes les bienvenu(e)s !

 

En 2014, le Club Emploi a poursuivi l’accompagnement de 45 déficients visuels, et 32 nouveaux candidats ont souhaité être accompagnés au cours de l’année. Sur les premiers mois de 2015, les demandes ont connu une augmentation significative. Sa connaissance du handicap visuel, et la disponibilité des accompagnateurs, font du Club Emploi une structure de poids, qui maintient un contact étroit avec les Centres de réadaptation professionnelle pour déficients visuels, les Cap Emploi et les autres associations de déficience visuelle en Île-de-France, ainsi qu’avec la fédération étudiante FEDEEH.

 

Café littéraire autour de Jérôme Garcin pour son livre Le Voyant paru en 2014

Par Inès Duhesme

 

Scéance de dédicaceL’association Sans tambour ni trompettes a été créée en 1994 par Francis Degryse dans le but de favoriser l’accès des handicapés à l’expression artistique et de sensibiliser au respect de la différence. Elle a reçu Jérôme Garcin au café François Coppée entouré de Bachir Kerroumi, le vice-président, Marie-Renée Hector et Philippe Lumbroso. Une quarantaine de participants ont répondu présent, dont Zina Weygand, historienne de la cécité, Jacques Sémelin, historien de la Résistance, Hamou Bouakkaz, engagé politique à la Mairie de Paris.

Bachir Kerroumi a pris la parole pour dire combien il avait apprécié le livre. Jérôme Garcin, l’auteur invité, a dit avoir été passionné par l’écriture de son livre, placé devant un mystère, une énigme non épuisée : celle de la vie extraordinaire de Jacques Lusseyran devenu aveugle brutalement à l’âge de huit ans par suite d’une bousculade à l’école, très aimé et entouré par sa famille, Résistant, déporté et professeur d’université aux États-unis. Jérôme Garcin s’est senti passeur et il l’est magnifiquement. Frère d’un jumeau perdu sous ses yeux, il est « un vivant qui ne supporte pas qu’on oublie les morts ». Il avait déjà écrit un livre il y a vingt ans, Pour Jean Prévost, auteur de quelques chefs-d’œuvre, Résistant, mort dans le Vercors en 1944. Garcin a toujours aimé réinventer des vies historiques, telles celle de Jean de La Ville de Mirmont, mort au Chemin des Dames à l’âge de 28 ans. Mais ici nulle fiction. On ne l’aurait pas cru. On n’écrit pas un roman sur Buchenwald.

Garcin a pu entrer en contact avec Claire, la fille de Jacques, puis Pascal Lusseyran son frère, et obtenir des informations orales et des archives alors qu’il n’existait rien en France, ni publication ni archives à l’exception de trois entretiens, le premier récupéré à l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), le deuxième donné à la Radio Suisse Romande, et le dernier à Radio Canada.

Quand le livre est paru, son auteur ne croyait pas beaucoup au succès, face au Soumission de Houellebecq ! Puis est advenue la semaine tragique de Charlie. C’en était fini du Voyant ? Pas du tout, les lettres ont commencé à affluer et le succès est venu..

Scéance de dédicace, autre vue.Jérôme Garcin a découvert Lusseyran il y a dix ans en lisant son livre Et la lumière fut. Il a éprouvé la nécessité impérieuse de faire revivre ce héros oublié, très connu à l’étranger mais inconnu en France. Ce fut, nous dit Garcin, un choc tellurique de par son style, ses métaphores, sa prose éloquente en relief. Garcin eut, en lisant Lusseyran, l’impression de « savoir lire le braille » ; Il reste stupéfait par la « vision intérieure » que Lusseyran se découvre quelques jours après son accident, son « troisième œil ». Ce dernier évoque la lumière qu’il perçoit à l’intérieur de lui, lumière qui le passionnait même avant de perdre la vue. Cet enfant aimait aussi à colorier et continuera à le faire sans ses yeux, mais bien plus que cela, les lettres elles-mêmes seront associées à des couleurs.

Jacques eut jusqu’à la guerre une vie bénie, élue, choyée, mais aussi un peu isolée. Il n’est pas passé par l’INJA, sa mère institutrice puis éminente physicienne préférant lui faire l’école à la maison. Brillant élève attirant la sympathie, très entouré, il fonde à Louis-le-Grand un mouvement de Résistance et lance la revue clandestine Le Tigre. À 18 ans, il a 300 Résistants sous ses ordres, et s’occupe du recrutement. Dénoncé par un camarade du réseau il est déporté. Bien que découvrant le malheur à 19 ans à Fresnes puis à Buchenwald, Jacques a cet instinct qui le poussera à écrire dans une lettre cardinale, la veille de la libération du camp : « Ici j’ai appris à aimer la Vie ». Certains ont reproché à Garcin d’avoir sanctifié Jacques Lusseyran. Dieu merci c’est un homme ! Il est vrai que son retour du camp fut très dur, pas de médaille, pas le droit de présenter l’ENS pour ce jeune Résistant qui avait cofondé un mouvement et l’ancêtre du journal France-Soir. Il sombra dans la dépression et se laissa entraîner avec sa femme dans la mouvance de Georges Saint-Bonnet, un homme trouble mais charismatique, qui le poussa à écrire son autobiographie, Et la lumière fut. Sa vie familiale et sentimentale fut agitée pendant cette période. Il se sentit revivre en partant aux États-unis, où l’attendait la reconnaissance que ne lui avait pas apportée la France ingrate de l’après-guerre. Dans leur leurs lettres au biographe, des lecteurs, surtout des lectrices ont « reproché » à Jacques sa fuite au Nouveau monde en laissant sa femme et ses enfants, dont il ne donne pas le nom dans son livre au grand étonnement de Garcin !

Un beau livre clair et sensible sur un personnage intimidant d’intelligence, courageux, empathique, charismatique, neurasthénique, volage, humain quoi ! Une destinée dont Philippe Lumbroso a souligné les troublantes coïncidences : les noms de ses femmes, dont la première s’appelait Jacqueline Pardon, la deuxième, Jacqueline Hospitel au moment de sa dépression, sa fille Claire qui, à Buchenwald, a vu venir vers elle un renard qui l’a suivie tout au long de sa visite, sans doute celui de Saint-Exupéry pour qui « L’essentiel est invisible pour les yeux ».

Merci à STNT d’avoir organisé cette dense et belle soirée.

Jacques LUSSEYRAN, Et la lumière fut, 1932.

Jérôme GARCIN, Le Voyant, Gallimard, Collection blanche, 2014.

 

Le GIAA au Salon du Livre 2015

Par Florent Marnay

Affiche du Salon du Livre 2015 : un livre enroulé sur lui même vu de profil : on dirait une vague de type "rouleau", des lettres s'échappent de cette vague telle de l'écume.

Comme les années précédentes, c’est avec plaisir que le GIAA s’est rendu au salon du livre, invité sur le stand du Ministère de la Culture avec d’autres associations sous le pôle "Accès Livre : lire sans handicap avec le numérique". Ce fut un fort moment d’échanges avec nos partenaires et il est appréciable de noter les progrès réalisés pour faciliter l’accès à la culture pour tous et la volonté des différents acteurs. Le public visé n’était pas assez présent à notre goût mais nous avons tout de même pu attirer du monde grâce à un stand bien placé. Outre ces aspects, le but de notre présence reposait sur cinq axes :

  1. nous faire connaître, parler de nos actions et de l’édition adaptée ;
  2. recruter d’éventuels futurs bénévoles et/ou adhérents ;
  3. répondre aux questions des visiteurs ;
  4. sensibiliser et informer le grand public et les professionnels aux enjeux de l’accès à la lecture pour les publics empêchés de lire ;
  5. faire connaître l’action du Ministère en faveur de la lecture des personnes en situation de handicap.

 

Cela nous a aussi permis d’échanger avec la Bibliothèque nationale de France sur les supports des documents fournis pour nos demandes de livres, mais aussi pour nos revues, car nous rencontrons toujours hélas quelques soucis pour la livraison de certains périodiques... Il était intéressant de noter le développement et l’utilisation croissante par les éditeurs du format EPUB3, qui dispose nativement de fonctionnalités importantes en termes d’accessibilité, l’avenir semble donc prometteur !

 

Vocale Presse disponible sur les smartphones SmartVision

Nous sommes particulièrement heureux de vous annoncer que désormais, Vocale Presse sera préinstallé sur les smartphones SmartVision et SmartVision Lite de la société KAPSYS. Ces smartphones sont particulièrement adaptés aux aveugles et aux malvoyants puisqu’ils ont été entièrement développés pour eux.

Vous en saurez plus sur notre partenariat et surtout sur ces smartphones en vous rendant sur la page : http://www.kapsys.com/fr/actualites.Si vous êtes déjà en possession d’un SmartVision ou d’un SmartVision Lite, il vous suffit de mettre à jour l’appareil pour que Vocale Presse soit installé automatiquement.

Baisse des tarifs du journal Les Échos.

Le quotidien Les Échos nous a autorisé à revoir ses tarifs dans Vocale Presse. Vous pouvez désormais vous abonner au journal Les Échos pour 240 € par an contre 360 € précédemment. Cela représente tout de même une baisse de plus de 30% ! Avec ce nouveau tarif attractif, il n’y a plus de raison de se priver de lecture.

Vous pouvez essayer gratuitement Les Échos en cliquant sur le lien suivant : http://fr.vocalepresse.com/vocale_presse/essai_gratuit.php?paper=lesechos&hide=1.

Retour sur les services Vocale Presse

Vocale Presse est le service qui permet aux aveugles et aux malvoyants d’écouter la presse écrite au même titre que les valides. Avec plus de 40 titres au catalogue, vous pouvez lire l’intégralité de votre journal préféré tous les jours, où vous voulez, quand vous voulez, et sur l’appareil de votre choix. Grâce à sa voix de synthèse de qualité, l’affichage en gros caractères et la possibilité de le lire en braille, Vocale Presse est le service qui s’adapte à tous.

Consultez la liste des journaux disponibles sur Vocale Presse à l’adresse suivante : http://fr.vocalepresse.com/vocale_presse/country_pubs.php.

Comme toujours, vous pouvez essayer Vocale Presse gratuitement, en appelant Priscilla au 04.91.65.51.19 ou rendez-vous sur le site : http://fr.vocalepresse.com/vocale_presse/ essai_gratuit.php.

Internet : http://fr.vocalepresse.com

Téléphone : 04.91.65.51.19

E-mail : info@vocalepresse.com

 

Visite tactile de l’exposition "Le laboratoire de la création" au musée Rodin

Par Inès Duhesme

 

Vue intérieure, l'éclairage subtile de cette galerie met en valeur les sculptures reposant sur des socles massifs.Après les nombreuses visites tactiles d’ateliers de sculpteurs vivants, à Belleville, à Montmartre, il était logique de rendre visite au Maître, Auguste Rodin. Le 15 juin, jour de fermeture au public avec entrée par les coulisses, notre petit groupe de neuf a été piloté avec maestria par Eva Bouillo. Celle-ci nous a proposé de nous asseoir et a commencé par faire une introduction à la biographie et aux techniques de l’artiste, la taille, le modelage, la fonte. Puis des gants de coton blanc spéciaux ont été distribués, et nous avons pu étudier chacun son tour le modelé, la chair, la musculature du Penseur, créé en 1880 sous le nom de Dante dans sa taille d’origine plus petite qu’on ne pense, à l’échelle de la Porte de l’Enfer, son emplacement de destination. Cette dernière créée entre 1880 et 1900 avait été commandée par l’état pour un musée des Arts décoratifs (projet abandonné). La fonte en bronze de la porte se trouve dans le jardin. Nous avons aussi vu avec les doigts La Grande Ombre, une reproduction du Torse d’Adèle, avant 1884, superbement cambré. Il fut passionnant de découvrir comment l’artiste connaissait parfaitement l’anatomie et en même temps se jouait de celle-ci, pour rendre la figure plus expressive : toutes ces œuvres sont accessibles tactilement dans leur version plâtre de fonte : des moules faits à l’époque de Rodin et sous son contrôle.

 

Sensibilisation au handicap visuel en école primaire

Hervé Rihal, délégué des Pays de Loire

 

La ville de Benet (sud Vendée) avait bien fait les choses pour cette expérience. Durant six jeudis et à raison d’une heure par semaine, 12 élèves de CM2, de l’école publique, choisis par hasard, ont bénéficié d’une sensibilisation à la cécité et à la malvoyance. Pour ce, la ville a acquis six tablettes et poinçons, des cannes blanches, un ballon sonore, du papier Braille et les Franca ont prêté une valise pédagogique avec « Le vilain petit canard » version Benjamins Média) et un chien guide en peluche. Ceci a si bien fonctionné que cette animation de six semaines a été reproduite deux fois dans l’année et le sera de nouveau pour 2015-2016.

 

Les écoliers et leur professeur posent au côté de Hervé Rihal. Un large sourire ilumine chaque visage.

 

L’initiative de cette sensibilisation revient à Daniel Griveau qui a fait ses études à Angers où il a côtoyé le GIAA et a appris le Braille et à son épouse Françoise, présidente d’un Club d’orthographe « La passion des mots ». Le jeudi 9 octobre, je me suis rendu à l’école et ai pu constater le travail accompli et montrer la lecture Braille aux enfants qui avaient entre temps appris l’alphabet. Habitués à Daniel et Françoise, ils ont eu du mal à me parler mais tout s’est rapidement « décoincé » lorsqu’ils ont décidé de lacer leurs chaussures sans regarder et que j’ai dû remédier à la difficulté d’un élève. La semaine suivante, une élève a écrit qu’elle croyait avant que je vienne que « Les aveugles ne parlaient pas et étaient renfermés » ! Il me semble donc que les nouveaux rythmes scolaires peuvent être une occasion de sensibilisation des élèves. Il faut tout de même savoir que la concentration et la discipline sont plus difficiles à obtenir qu’en présence de l’enseignant et dans le cadre de la classe.

Daniel Griveau nous parle de cette expérience

Dans le cadre des activités périscolaires, l’association "La Passion des Mots" de Benet (en Vendée) a sensibilisé les élèves de CM2 au handicap visuel. Ils ont ainsi appris les bases de l’écriture et de la lecture en braille, à se diriger les yeux bandés avec une canne blanche, et avec une personne aidante. Ils ont également découvert l’assistance d’un chien-guide, ce qui a permis à l’un des élèves de s’exclamer : "le chien-guide c’est comme un GPS ! ". Hervé est venu leur rendre visite. Les enfants ont découvert sa montre braille, l’utilisation de son téléphone portable et d’une calculette. La lecture rapide en braille, par Hervé, du livre "Le vilain petit canard" les a fortement impressionné, voire bluffé. Ce fut une expérience enrichissante pour tous.

 

 

retour au sommaire

 

CULTURE ET LOISIRS

Un été 2015 sous le soleil de la culture, des loisirs et de la découverte

Magnifique photographie : une vue nocturne de Lyon depuis le Rhône.Comme vous pouvez le constater, ce numéro estival de votre magazine se présente à vous dans une configuration spéciale, avec une large part faite belle à l’été, aux vacances, aux voyages, aux loisirs et à la culture.

Vous trouverez dans ces pages de quoi cultiver l’art du farniente, le goût des voyages, étancher vos soifs culturelles attiser vos appétits de loisirs.

De la même façon que nous avions parcouru quelques sites culturels remarquables et accessibles de Seine Saint Denis dans le précédent numéro, nous vous proposons cette fois-ci de découvrir Lyon. La deuxième agglomération française, capitale des Gaules et de la gastronomie est un grand pôle patrimonial et culturel, classé pour partie au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco.

Nous avons également sélectionné quelques appels à la découverte et aux loisirs et vous ferons partager quelques-uns de nos coups de cœur artistiques. Ils vous conduiront du théâtre à la photographie.

Nous avons sélectionné quelques activités loisirs et séjours-découvertes accessibles.

Nous vous souhaitons un bel été 2015 !

 

 

 

 

Sur la route des soyeux, dans l’ombre et les lumières

Huit sites culturels accessibles à Lyon

 

Nous continuons notre tournée des sites culturels accessibles au-delà du périphérique parisien. Dans ce numéro, nous faisons escale à Lyon, deuxième agglomération française, capitale des Gaules, de la soie, de la gastronomie, berceau du cinéma.

Ville de contrastes, d’ombres et de lumières, Lyon a développé une politique d’accessibilité de ses sites culturels et patrimoniaux pour s’ouvrir aux mal voyants et aveugles. Voici une sélection non-exhaustive de sites à découvrir entre Rhône et Saône.

Musée des Beaux Arts

Le musée des Beaux-Arts est l’un des plus grands musées français et européens. Situé au centre de Lyon, entre le Rhône et la Saône, il occupe un magnifique bâtiment du XVIIe siècle.

 

Vue intérieure du muséeOuvert au public depuis 1803 et entièrement rénové en 1998, le musée propose l’une des plus importantes collections d’œuvres d’art d’Europe, répartie dans 70 salles et offrant aux visiteurs un parcours artistique de l’Antiquité à l’Art moderne.

Le département des Antiquités retrace plus de 3000 ans d’histoire des grandes civilisations antiques du Bassin Méditerranéen. Le département des Objets d’art et des sculptures mêlent les arts précieux et la sculpture, du Moyen-âge à la période Art Déco.

Le Médailler du musée est l’un des plus importants de France avec plus de 50.000 monnaies, médailles, sceaux et plombs. Les sculptures des 19e et 20e siècles sont présentées dans l’ancienne chapelle Saint-Pierre.

La collection de peintures offre un vaste panorama de l’art européen depuis le 14e siècle jusqu’aux années 1980.

Oreillettes pour audio-guides et audiophones pour suivre les commentaires du médiateur. Des visites intitulées « du bout des doigts » pour les personnes non ou malvoyantes, ceci une dizaine de fois dans l’année, proposent aux personnes concernées d’explorer le musée et ses œuvres par le toucher et la description orale. Elles sont gratuites pour le visiteur et son accompagnateur.

Place des Terreaux, Lyon 1er arrondissement - Tél. : 04.72.10.17.52.

Le musée est ouvert tous les jours sauf mardi et jours fériés de 10h à 18h, vendredi de 10h30 à 18h.

Musée des Tissus et des Arts Décoratifs

Le musée des Tissus de Lyon possède l’une des plus riches collections textiles du monde, retraçant quelque 4000 ans d’histoire de l’étoffe et de la soierie. Il rassemble plus de deux millions de textiles allant du XXVe siècle av. J.-C. jusqu’à 2006. Son colocataire, le musée des Arts décoratifs, sert d’écrin Un vêtement ancien vu de dos.à un ensemble unique d’ébénisterie ou de menuiserie. Le lieu est également remarquable pour ses collections de marqueterie de paille, majoliques italiennes datant de la Renaissance, pendules, bronzes d’ameublement, orfèvreries et céramiques, notamment. Mise à disposition de fiches de salles en braille.

Tarif réduit pour les personnes en situation de handicap : 4,50 €.

34 rue de la Charité, Lyon 2e arrondissement - Tél. : 04.78.38.42.00.

info@museedestissus.com

www.musee-des-tissus.com

Horaires d’ouverture : de 10h à 17h30.

Musée des Automates

Situé à Saint-Georges, le quartier du célèbre Guignol, le musée des Automates présente 250 automates, tous en mouvement, sur 7 salles avec 20 scènes rendant hommage au patrimoine lyonnais et français : Gargantua de Rabelais, La flûte enchantée de Mozart, Guignol, Notre Dame de Paris de Victor Hugo, les travaux des champs d’après les œuvres de Millet, la vie des canuts, les vendanges en Beaujolais, etc.

 

Des automates jouent aux cartes autour d'un table au "Bar de la Marine"

 

Pour les personnes malvoyantes venant en groupe, la visite guidée est adaptée, avec possibilité de toucher certains automates (sur réservation). Tarifs de groupe.

100, rue Saint-Georges, Lyon 5e arrondissement - Tél. : 04.72.77.75.28.

asg@automates-ema.com

www.automates-ema.com

Horaires d’ouverture : 7j/7 de 14h à 18h.

Musée Gadagne - Histoire de Lyon et de la Marionnette

Au cœur du quartier Saint-Jean, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le musée Gadagne, musée d’histoire de Lyon, présente une collection de 80.000 objets qui permettent de comprendre les principaux facteurs d’évolution de la ville : urbanisme, histoire politique et sociale, économique, culturelle, spirituelle et intellectuelle.

Il aborde la multiplicité des visages de Lyon : capitale des Gaules, ville de la soie, des banques, des révoltes ouvrières (canuts), des industries de l’automobile puis chimiques et pharmaceutiques, ville de l’invention du cinéma, ville de Résistance, capitale mondiale de la gastronomie, ville des biennales d’art contemporain, des Nuits Sonores, de la Fête des Lumières. Le musée Gadagne mène une politique très active pour l’accueil des publics malvoyants ou aveugles.

Pour les visiteurs individuels, le bâtiment Renaissance qui abrite le musée peut être exploré à travers un parcours tactile de 5 stations en braille et gros caractères. Un audioguide est disponible gratuitement à l’accueil. Les ascenseurs sont accessibles grâce aux chiffres des étages écrits en relief et traduits en braille ; des mains courantes sont installées en avant des rampes d’accès et des escaliers. Les chiens guides sont les bienvenus.

Pour les groupes, des visites et des ateliers peuvent être organisés sur réservation pour les groupes (6 à 8 personnes, plus accompagnateurs). Des visites dans les musées et des balades urbaines sont accessibles aux visiteurs mal ou non-voyants, sur demande afin de construire une offre adaptée. L’audiodescription et des approches olfactives ou tactiles, avec des outils créés spécifiquement, sont proposées pour se plonger dans les collections ou un thème particulier.

Contact :

1 place du Petit Collège, Lyon 5e arrondissement - Tél. : 04.37.23.60.45.

gadagne.publics@mairie-lyon.fr

www.gadagne.musees.lyon.fr (site accessible aux déficients visuels)

Horaires d’ouverture : du mercredi au dimanche de 11h à 18h30.

Gratuité pour les personnes en situation de handicap et pour deux accompagnateurs.

 

Musée de l’Automobile Henri Malartre

Une belle voiture noire, un drapeau nazi planté sur la jante avant droite.Le musée de l’automobile Henri Malartre est consacré à l’automobile et aux transports publics. Il a été constitué en 1960 par Henri Malartre (né en 1906 et mort le 12 novembre 2005), à partir de sa collection de véhicules anciens conservés par ses soins depuis les années 1930.

 

Le musée Henri Malartre fut le premier musée automobile de France. Il possède des modèles uniques, dont un prototype de 2CV de 1936, la Packard d’Édith Piaf, l’Hispano Suiza du Général de Gaulle, la Delahaye du Maréchal de Lattre de Tassigny, la Renault Espace de Jean-Paul II et une Mercedes-Benz blindée 770K de 1942, la voiture de parade d’Adolf Hitler.

645 rue du Musée - 69270 Rochetaillée-sur-Saône - Tél. : 04.78.22.18.80.

www.musee-malartre.com

Horaires d’ouverture : du mardi au dimanche de 9h à 18h.

En juillet et août : de 10h à 19h.

Personnel sensibilisé à l’accueil de personnes en situation de handicap. Supports de visites adaptés pour les amblyopes et non-voyants : plaquettes en gros caractère ou en braille.

Théâtre des Célestins

Le théâtre des Célestins est l’un des seuls théâtres en France, avec la Comédie-Française et le théâtre de l’Odéon, à fêter plus de 200 ans d’art dramatique.

Sur certains spectacles, choisis en fonction des composantes de la mise en scène (importance du décor, nombre de personnages, facilité à suivre le texte), le théâtre propose aux publics déficients visuels des représentations avec audiodescription.

 

Vue intéreure du théâtre, une salle splendide !Cette saison, plusieurs spectacles bénéficient de ce dispositif :

Samedi 28 novembre à 20h : Le Roi Lear ;

Samedi 12 décembre à 16h : La Colère du Tigre ;

Dimanche 7 février 2016 à 16h : Le Retour au désert ;

Mercredi 16 mars 2016 à 20h : Les affaires sont les affaires.

 

Spectacles conseillés au public aveugle et malvoyant

 

Des spectacles, sans audiodescription, sont recommandés, du fait de leur simplicité scénographique ou du nombre restreint d’artistes sur le plateau :

Du 6 au 16 octobre : La Dernière Bande ;

Du 17 au 28 novembre : La Journée d’une rêveuse ;

Du 5 au 13 avril 2016 : Occident.

4 Rue Charles Dullin, Lyon 2ème arrondissement - Tél. : 04.72.77.40.00.

 

Parc de la Tête d’Or

Situé sur les bords du Rhône, le Parc de la Tête d’Or couvre une superficie de 105 hectares. Il est accessible par 7 entrées, dont la plus remarquable est la porte des Enfants du Rhône qui ouvre sur la perspective d’un lac de 16 hectares, centre de la composition paysagère. Le nom vient de la tradition selon laquelle un trésor avec une tête de Christ en or y aurait été enfoui, provenant de la colonie juive persécutée sous Philippe le Bel.

 

Vue du parc, les pelouses sont prises d'assaut (siestes et parties de football).
Une magnifique grille, avec lanternes, en fer et dorure à l'arrière plan.Gratuit, il demeure aujourd’hui l’un des plus grands et plus beaux parcs urbains de France. À voir : les grilles, l’embarcadère, l’orangerie, la roseraie, le parc zoologique, le jardin botanique, les serres.

Depuis quelques années, les équipes du Parc de la Tête d’Or s’engagent à rendre le site accessible aux personnes en situation de handicap : choix de matériaux adaptés, suppression d’obstacles, création d’une rampe d’accès, création d’une aire de jeux accessibles. L’ensemble des sanitaires a été réaménagé, ils sont accessibles en toutes saisons aux personnes à mobilité réduite.

Parallèlement, les équipes du Jardin botanique proposent des visites guidées des grandes serres, aux personnes aveugles et malvoyantes.

Horaires d’été (15 avril - 14 octobre) : 6h30 - 22h30.

Horaires d’hiver (15 octobre - 14 avril) : 6h30 - 20h30.

 

Inès Duhesme, bénévole au GIAA, a eu l’occasion de s’y promener. Voici ce qu’elle en dit :

Après la Seine-Saint-Denis explorée par Aurélie Grelier, Stéphanie Zoccola et moi sommes parties chacune de notre côté découvrir la capitale des Gaules. Stéphanie, lyonnaise, la connaît. Moi, je la (re)découvre. En sortant du TGV à la gare de la Part-Dieu, une inspiration me vient : commencer cette immersion lyonnaise par une retraite sous les chants d’oiseaux, en pleine nature, celle du merveilleux Parc de Tête d’Or, que je connaissais déjà. Couvrant 105 hectares, il m’a semblé être une sorte de somme de tous les parcs parisiens réunis au même endroit, offrant d’innombrables possibilités de flâneries "voyageantes" et poétiques d’un univers à l’autre : Vincennes et son lac, le parc Monceau, Bagatelle , le jardin des Plantes. Les Lyonnais ont bien de la chance ! Ses pelouses ombrées, jolis tableaux des silhouettes colorées des familles pique-niquant sous les arbres, ados tapant dans des ballons, jolies filles en maillot de bain ou jeunes retraitées en jupes longues lisant Elle ou Proust ; La guinguette au bord du lac était calme et distinguée en ce début d’après-midi, le jardin botanique m’a rappelé le jardin Pamplemousse de Maurice avec ses palmiers plantés au milieu de fleurs mauve foncé: 8 ha dont 6500 m² de serres : cactus impressionnants, deux roseraies - Lyon est la capitale de la rose - un jardin alpin tout enroché, une ménagerie de 10 ha, créée en 1858, avec 400 animaux en 64 espèces : tous ces jardins sont libres d’accès, gratuits, contrairement au jardin des Plantes parisien !

 

L’Atelier municipal de tissage

L'atelier vu de l'étage. Les machines en bois sont observées par les visiteurs.Nous continuons de suivre Inès dans son périple lyonnais...

Du parc de Tête d’Or à la Croix-rousse il n’y a que le pont Winston Churchill. Me voici escaladant un long escalier bordé de longs murs laissant apparaître les toits de jolies maisons anciennes, des portes pittoresques, par-ci par-là une terrasse, une treille, des tags vilains ou graffs d’artistes, une jolie Minnie Mouse ; un feu d’artifices de couleurs sur une façade d’un ancien garage devenu atelier. Après cette longue montée, eh bien il me faut redescendre sur une autre pente de la colline ! Dans une rue étroite, ombragée et bordée de hauts immeubles anciens s’ouvre la façade de l’atelier municipal de tissage. Je suis accueillie chaleureusement par Cladie, une conférencière. L’atelier est un authentique appartement-atelier de canuts, la famille Ressicaud qui a fonctionné de façon continu depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la mort de M. Fighera en 1980. Sa veuve a fait de gros efforts pour maintenir l’atelier en état.

Loué en 2001, confié à une association, Soierie vivante, puis acheté en 2014 par la Ville de Lyon. Nous sommes dans une pièce de 65 m², 5 m de haut, avec de larges fenêtres, comportant trois métiers à tisser la soie : deux mécaniques, électriques, et un à bras inventé par Joseph-Marie Jacquard en 1801, surnommé "bistanclaque", une onomatopée du bruit du métier en plein travail : bis : on appuie du pied sur la pédale. Cela relève une moitié des fils de chaîne ; tan : le battant se repousse ; claque : la navette (ou la canette) passe et bute au bord ; pan : le battant frappe la dernière trame.

Cladie commence par nous raconter l’industrie du tissage de la soie en France depuis François 1er, les canuts, leur dure vie quotidienne, leurs révoltes. Ensuite elle fait une démonstration du métier à bras en nous expliquant soigneusement chaque étape, et répond à nos questions notamment sur les cartes perforées permettant les motifs, qui font du métier Jacquard un des ancêtres de l’ordinateur. Nous pouvons tourner autour de ce métier. Merveilleuse nouvelle : les déficients visuels comme les voyants peuvent même le toucher et toucher les tissus ! Nous regardons également une tisserande travailler sur un des métiers mécaniques, réalisant un jacquard prune et noir en soie et coton. La partie privée de l’atelier a été soigneusement conservée avec la cuisine et son évier-lavabo de pierre, l’escalier menant à la soupente (mezzanine) où se trouve la chambre : un lit, un berceau, des étagères portant des photos où l’on voit une superbe robe de mariée : c’était la spécialité de cet atelier.

Parmi la douzaine de visiteurs, ma nièce de huit ans n’était pas la moins passionnée ! Cette remarquable visite est à recommander aux curieux de mécanique, aux amateurs de tissus ou d’histoire. Enfin de charmants objets-souvenir sont en vente : bobines de soie, coupons de joli tissu maison.

Soierie Vivante, 21 rue Richan, Lyon 4e arrondissement – Tél. : 04.78.27.17.73.

L’atelier est situé 12 bis montée Justin Godard dans le même arrondissement. Visites à 12h et 17h sans inscription, du mardi au samedi.

 

Tout Lyon au bout des doigts : Un plan panoramique tactile pour les non-voyants

Un grand plan tactile, d'une définition remarquable : on peut y distinguer chaque immeuble. Des mains et regards attentifs le parcourent.« Regard sur la Ville » un plan panoramique tactile pour les non-voyants est installé sur l’esplanade de Fourvière, le panorama emblématique de la ville qui se donne ainsi "à voir" à tous. La maquette en cire et résine qui reproduit en miniature les principaux lieux, monuments et caractéristiques du patrimoine architectural, urbain et naturel de la ville a nécessité 2000 heures de travail. Elle a été réalisée par le sculpteur Dan Ohlmann, artiste miniaturiste. Les reliefs de cette sculpture qui a ensuite été coulée en bronze selon la méthode de la cire perdue sont impressionnants de précision. On reconnaît sans peine les différents quartiers, le parc de la Tête d’or, les tours de la Part- Dieu, l’Hôtel-Dieu... L’ensemble a été conçu en partenariat avec le comité Louis Braille.

 

 

 

 

 

 

Entre Paris Plage et le Louvre

Un voyage de la Seine au Nil

Dans le cadre de Paris-Plages, du 20 juillet au 16 août 2015, le musée du Louvre vous a contacté pour vous proposer un voyage « De la Seine au Nil ». Il reste encore des places pour les ateliers (d’une heure et demie) de lecture tactile destinées aux publics aveugles et malvoyants les :

- mardi 28 juillet, de 10h30 à 12h ;

- mardi 3 août, de 10h30 à 12h ;

- mardi 11 août. de 10h30 à 12h.

Les participants découvriront à partir de supports thermoformés des éléments de scènes de vie quotidienne autour du Nil durant l’époque pharaonique. Ces ateliers sont intégralement gratuits. Nous vous remercions de nous indiquer le plus vite possible le ou les créneaux qui vous intéresseraient. Merci de nous préciser aussi le nombre de personnes de votre groupe (10 personnes maximum, accompagnateurs compris).

Informations pratiques

L’Espace Louvre est à l’extrémité́ ouest de Paris Plages sur la voie Georges Pompidou, au pied du tunnel des Tuileries. Gratuit et sans réservation.

Horaires : du lundi au vendredi de 13h à 18h30 (les mercredis et vendredis jusqu’à 20h) et le week-end de 10h à 18h30.

 

Evgen Bavcar, le photographe aveugle

Par Philippe Lumbroso

 

Portrait en noir et blanc, la photographie est très sombre. Avec chapeau et lunettes fumées, le photographe y est à peine visible. Une lampe à huile au premier plan."À 12 ans, j’étais amoureux d’une jeune fille qui portait ses cheveux noués en une longue queue de cheval. Je me suis plongé dans sa chevelure et n’ai depuis jamais plus trouvé la sortie." C’est ainsi que Evgen Bavcar - prononcez Eugène Bokar -, né en 1946 à Lokavec en Slovénie, évoque, - évocation pudique mais signifiante, car intimement reliée aux femmes et au désir - la perte successive de ses deux yeux, le gauche puis le droit, à l’âge de 12 ans, suite à deux accidents rapprochés. Comprenant très tôt de son père qu’il ne devra jamais "cesser de résister au destin", il prendra ses premiers clichés dès l’âge de 16 ans, commençant à tracer un chemin exceptionnel.

Biographie succincte (1)

Il étudie à Ljubljana puis Nova Gorica, vient à Paris étudier à la Sorbonne en 1972 la philosophie de l’esthétique, obtient en 1976 un doctorat de 3e cycle avec mention très bien. Naturalisé français en 1981, travaillant pour le CNRS, il mène, en France et aussi bien sûr à l’étranger, - il parle 8 langues ! - une vie à la fois d’artiste reconnu et d’intellectuel très fécond. Il eut l’autorisation, lors d’un voyage à Rome, de toucher le Moïse de Michel-Ange, "l’original ! Celui qu’ont touché les mains de Michelangelo !", avouant avoir "pleuré de bonheur. J’ai eu un plaisir esthétique en direct, pas par procuration, pas grâce à la description des autres." En 1992, il publie au Seuil son premier livre, Le Voyeur Absolu (disponible à l’AVH), texte d’une troublante profondeur et d’une intense poésie illustré de quelques-unes de ses photographies. Suivront, en français, L’inaccessible étoile ou un voyage dans le temps, À la rencontre de l’ange, Le troisième œil, etc.

Mythe de Boutadès

À la simple lecture des titres de ses livres, Bavcar apparaît d’emblée empreint d’un fort mysticisme. D’ailleurs lui-même, se considérant très modestement plus iconographe que photographe, se situe dans une tradition intéressée par l’image en tant que représentation de l’invisible. Pour lui, l’image, et particulièrement le portrait, est d’abord conjuration de l’absence. Rappelons le mythe grec du potier de Corinthe, Boutadès : sa fille trace l’ombre de son amant disparu sur le mur, profil dessiné sur la muraille par la lumière d’une lampe ; puis lui, le père, applique de l’argile sur les contours et cuit le profil. Le geste de la fille donne naissance à la peinture, celui du père à la sculpture.

Les mythes imprègnent la pensée de EB, ne confie-t-il pas se sentir lui-même comme le cyclope Polyphème tentant de sortir de sa grotte ? Il est cependant dans la culture grecque une toute autre grotte, fameuse - nous y reviendrons. Osons très modestement une description de ses œuvres.

Tentative de description de ses œuvres, Méduse et Persée

Ses clichés, le plus souvent en noir et blanc, apparaissent arrachés à la nuit, où la lumière, physique et spirituelle, luttant contre l’ensevelissement, se fraie malgré tout un chemin jusqu’à nous. Des effets de surimpression et de juxtaposition, de lieux mystérieux, d’oiseaux, souvent d’hirondelles, - symbole de la femme ? - mais aussi de chouettes ou d’aigles, de mains, de visages, de corps nus, naissent un fort sentiment d’étrangeté parfois inquiétante, des impressions fantastiques, poétiques, magiques. En 2009, il parcourra le camp nazi du Struthof aux côtés de son compatriote slovène Boris Pahor lui narrant son récit de déportation. Pèlerin parmi les ombres, et exposera ses clichés in situ (2). "C’est la nuit que je me suis rendu dans le camp pour réaliser mes images et c’est en travaillant la nuit à la lumière de lampes de poche que j’ai tenté d’exprimer mes regards et ma pensée photographique, certain qu’il est nécessaire de chercher la lumière aux endroits les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Victime moi-même des séquelles de la Deuxième Guerre mondiale, j’ai croisé là, à nouveau, le regard de Méduse." On se souvient que de la terrible Méduse, à la chevelure de serpents, seule mortelle des trois Gorgones et dont le regard avait le pouvoir de pétrifier, Persée ne put trancher la tête qu’en observant son reflet dans un bouclier. "Qu’est-ce donc qu’un regard ? C’est peut-être la somme de tous les rêves dont on oublie la part de cauchemar quand on peut se mettre à regarder autrement." (EB) Pour photographier, en plus de l’aide concrète de tiers, c’est dans son imaginaire, ses rêves, et avec ce fameux troisième œil dont ont aussi parlé Jacques Lusseyran et nombre de mystiques, qu’il va puiser ses mystérieuses images (3).

Le Mythe de la Caverne de Platon et l’Aleph de Borges

Photographie en noir et blanc : au centre de l'image, les grilles d'un portail dans la pénombre. Sur la photo, très sombre encore une fois, on distingue des silhouettes d'oiseau à même la grille (décoration), les montants en pierre ferment le cadre de la photographie. La végétation semble reprendre ses droits sur la construction.Comment ne pas évoquer ici ce récit fondateur de Platon dans la République, appelé "Mythe de la Caverne" (4) ? Platon y décrit donc une caverne, ouverte sur l’extérieur, mais au fond de laquelle des captifs sont si sévèrement enchaînés qu’ils ne peuvent bouger leur tête - ces hommes assujettis prenant pour seule réalité les ombres, projetées sur la paroi de leur caverne par un feu extérieur, des hommes et animaux passant au-dehors. Puis Platon d’imaginer un de ces captifs, volontairement libéré de ses chaînes, se tourner vers la lumière, et sortir de cet antre pour aller, "par un sentier rude et escarpé" vers le feu, le Soleil. D’abord ébloui, il pourra voir peu à peu, en s’accoutumant, non plus seulement les ombres projetées par le Soleil, mais aussi le reflet de l’astre sur les eaux, puis les objets eux-mêmes, et se tournant de nuit vers le ciel, la lune et les étoiles ; enfin, "accablé de sa splendeur", parviendra à contempler le Soleil lui-même "en sa véritable place", comprendre qu’il est le principe ultime des choses. Cette parabole, présentée si naturellement, a pourtant des résonances mystiques. À la fin de ce récit, Platon en donne les clés : ce captif qui monte à la lumière est "l’âme qui s’élève dans l’espace intelligible", et à l’horizon de cet espace se tient "l’Idée", souveraine, cause dans le monde visible de la lumière et dans l’invisible de la vérité, véritable source de sagesse. Chez Bavcar ou Lusseyran, on retrouve bien cette affirmation platonicienne d’un monde invisible, spirituellement plus élevé, seulement leur topologie est renversée, retournée : pour ces hommes de foi, sortir à l’extérieur de la caverne a consisté en retourner leur regard en eux-mêmes, en ce lieu - faut-il l’appeler "âme" ? - profondément intime et pourtant universel. C’est sans doute ce "troisième œil", plus imaginaire que physique, que le grand écrivain argentin Jorge Luis Borges - devenu complètement aveugle à l’âge de 56 ans - a voulu matérialiser dans sa nouvelle fantastique L’Aleph, qui y désigne, logé dans une cave, "le lieu où se trouvent, sans se confondre, tous les lieux de l’univers, vus de tous les angles." Et effectivement, le narrateur de distinguer "une petite sphère aux couleurs chatoyantes, qui répandait un éclat presque insupportable." (5)

Les couleurs et la synesthésie

Citant Freud, "les rêves qui ne sont pas en couleurs ne sont pas érotiques", EB nous confie que la couleur, intimement liée au désir, est essentielle dans son appréhension du monde. "La monochromie a envahi mon existence, et je dois faire un effort pour conserver la palette des nuances, pour que le monde échappe à la monotonie et à la transparence. Je colore les objets et les personnes que j’appréhende : j’ai connu une femme dont la voix est si bleue qu’elle réussit à mettre de l’azur sur un jour que je sais gris d’automne." Si EB photographie en noir et blanc, il dispose pour sa vie quotidienne d’un "pinceau fragile" donnant vie à son ressenti du monde. Même les jours ou les lieux lui sont colorés : "Un samedi à Ljubljana est rouge".

L’étoile intérieure et la Femme

 "L’inaccessible m’intéresse" dit EB, et on ne s’étonnera pas qu’il se soit passionné non seulement pour les femmes mais aussi pour les étoiles et les comètes, qu’il a photographiées. On se rappelle l’aveugle du Puiseaux de Diderot : "Il me semble que mes mains m’instruiraient mieux de ce qui se passe dans la lune que vos yeux ou vos télescopes". Les astrophysiciens observant l’insondable ciel ne sont pas loin non plus de la cécité : n’ont-ils pas dernièrement envoyé la sonde Rosetta et son atterrisseur Philae sur la comète 67P Churyumov-Gerasimenko, n’ont-ils pas encore bien besoin de toucher pour voir ? Et dans l’univers, l’inconnu, le noir et l’invisible, le temps et la vie, n’avançons-nous pas tous autant que nous sommes à tâtons ? Oui, mais : "J’ai une petite étoile à l’intérieur." dit Evgen Bavcar, tel un roi Mage. Une foi, certes mais infiniment personnelle. "Par la distance, je participe à un jeu de photons, espérant que, dans leur pérennité, ils ne me laisseront pas dépourvu d’images. Mais je sais aussi qu’ils n’apparaissent que pour disparaître aussitôt, comme s’ils portaient en eux la nature même des anges - et cela est mystérieux." Cet homme à l’élégant chapeau noir, muni de lunettes non teintées pour donner le change, porte toujours en broche, par égard pour son vis-à-vis, ce curieux objet dont son appartement est rempli : un petit miroir circulaire. "Puisque je ne vous rends pas votre regard, il faut bien que quelqu’un d’autre le fasse", justifie-t-il avec grâce. Portraitiste, EB sait, évoquant avec émotion ses modèles féminins (6), que toujours l’autre, la Femme, lui pose silencieusement cette question : "suis-je belle ?". Ce à quoi il répond, avec un humour non dénué d’espérance : "l’image que je fais de vous, je la verrai seulement le jour du Jugement Dernier, alors il faut que je sois très patient."

 

Grand merci à ma très chère amie l’artiste peintre-dessinatrice Anne Gorouben de m’avoir fait connaître Evgen Bavcar.

 

Textes additionnels disponibles sur le site du GIAA (les numéros renvoient à ces 6 textes additionnels) :

1. Biographie et CV d’Evgen Bavcar ;

2. Texte d’Evgen Bavcar sur son travail avec Boris Pahor au Struthof ;

3. Extrait de Et la lumière fut de Jacques Lusseyran sur l’œil intérieur ;

4. Le Mythe de la Caverne, Platon, La République, Livre VII ;

5. Extrait de L’Aleph de Jorge Luis Borges ;

6. Extrait de Le Voyeur Absolu d’Evgen Bavcar.

 

Liens :

- site officiel d’Evgen Bavcar : http://www.evgenbavcar.com/

- bel article de Clémence Imbert : http://www.boumbang.com/evgen-bavcar/

- pour l’entendre : http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-interieur-numero-46-depuis-la-fenetre-voir-2013-07-08 (minutage : de 12:30 à 21:07 puis 26:30 à 28:50)

- pour le voir, petite vidéo (2:03) : http://fresques.ina.fr/europe-des-cultures-fr/fiche-media/Europe00238/evgen-bavcar-photographe-et-aveugle.html

 

Randonnées adaptées dans le Parc National de la Vanoise

Le Parc National de la Vanoise propose des randonnées adaptées à la déficience visuelle les mardis 4 et 11 août. En dehors de ces deux dates, pour des groupes constitués, des sorties peuvent être organisées à la demande). Elles ont lieu dans le Vallon de l’Orgère (refuge-porte), Parc national de la Vanoise, commune de Villarodin-Bourget. Savoie. Gare SNCF Modane.

Descriptif. Randonnée à la journée, durée et parcours modulable suivant aptitudes du groupe... Repas tirés du sac. Retour parking prévu pour début d’après-midi (15h00). Thèmes commentés : au travers des sens auditif, olfactif et tactile : approche et reconnaissance de diverses espèces d’oiseaux (chants, toucher des silhouettes d’oiseaux...) et de végétaux (arbres...) ainsi que les missions des agents du Parc national.

Nombre de participants. Minimum : 2 et maximum 8 par sortie + accompagnateurs individuels (1 ou 2 pour assistance).

Tarif. De 4 € à 5 € / personne en situation de handicap. Gratuité pour 1 ou 2 accompagnateur(s) / personne.

Équipements et vêtements adaptés. Prévoir matériel de petite randonnée (chaussure, bâtons, sac à dos...). Prévoir également : crème de protection solaire, lunettes de soleil, chapeau, vêtements chauds et coupe-vent, gourdes (1,5 l /personne), repas à tirer du sac...

Inscriptions sur réservation uniquement .

Renseignements – Réservation : Parc national de la Vanoise auprès de Patrick Rouland 04.79.62.95.54 - patrick.rouland@parcnational-vanoise.fr

 

Vacances en chalets adaptés en Lot-et-Garonne

Bonjour, je m’appelle Hélène. Je suis la propriétaire d’un petit domaine de 5 chalets labellisés tourisme et handicap (4 handicaps) accessible aux personnes non voyantes et mal-voyantes. Mes parents et mon frère sont non voyants et mal-voyant avec chien guide, donc je connais très bien vos difficultés au quotidien.

Si vous souhaitez passer vos vacance en Lot-et-Garonne, que nous vous accueillons les bras ouverts, Vos amis à quatre pattes sont les bienvenus. Je suis présente sur le site et je peux, si vous le désirez, m’occuper de vous pour vos courses et vous accompagner faire des activités : baignade, bateau, ULM (tarif sur place suivant les activités). Nous louons nos chalets climatisés tout équipés à la semaine. Si vous venez en train ou en avion, nous nous proposons de venir vous chercher (forfait transport gare de Marmande ou aéroport de Bordeaux. Pour plus de renseignements, vous pouvez me joindre au 06.25.64.44.67 ou sur notre site internet : www.ledomainedurossignon.fr

À bientôt dans le Lot et Garonne !

 

Le club-théâtre de l’INJA adapte Pinocchio

Par Philippe Lumbroso

 

Le 12 mai 2015, les élèves du club-théâtre de l’INJA ont donné une représentation du Pinocchio de Carlo Collodi, adapté Joël Pommerat. Un travail dirigé par Yves Félix, Christian Germain et Gilles Nicolas.

 

La troupe costumée salue sont public.

 

Intro : le choc

Le jeune Juba Taleb, réservé élève de terminale à l’INJA à qui je donnais quelques cours de soutien, un beau jour d’avril, m’invita à un spectacle où il jouait, Pinocchio, le 12 mai 2015, dans le gymnase de l’établissement, en compagnie des huit autres élèves du club-théâtre. Sans attentes particulières, j’y suis d’abord allé par sympathie, et aussi un peu par curiosité. Installé peinard sur mon banc, au milieu de ce public effervescent composé essentiellement d’autres pensionnaires, j’eus à peine le temps d’éteindre mon téléphone, que je vis soudain débouler sur scène, comme éjecté de la Grosse Bertha, une espèce de Stentor en costume, mon "réservé" Juba - je n’avais pourtant remarqué chez lui, lors de nos heures, aucune anomalie nasale ! - dans le rôle du présentateur, qui entonnait son laïus à pleine voix, à mi-chemin entre le griot africain et le vendeur d’épluches-légumes officiant devant les Galeries Lafayette. Je fus, ma stupéfaction passée, illico captivé par le spectacle, et 1h15 plus tard, je sortais en titubant du gymnase, sonné, KO debout, presque en larmes : je venais de subir, après être passé quasiment par toutes les couleurs de mon arc-en-ciel émotionnel, ce qu’on appelle un choc traumatique : la surprise, le rire, la richesse de ce conte très actuel (qui me fit durant la représentation, prendre frénétiquement des notes), la tristesse, la peur, la beauté d’un chant ou d’un air de guitare, le rythme entraînant d’une danse presque tribale, la chaleur échangée entre ces acteurs donnant tout et le public très réactif, voire interactif, bref, j’avais été véritablement cueilli, emporté comme un fétu par le flux de ce spectacle vivant, son énergie venue d’ailleurs, et déposé je ne savais trop où, sans voix, chaviré et heureux. Sans faire ni une ni deux, écrire sur ce spectacle s’imposait urgemment.

1) Le cadre scolaire

Depuis 12 ans reconnu comme option au Baccalauréat, au même titre que la musique ou les arts plastiques, le théâtre peut être étudié dès la seconde. L’épreuve, d’environ 30 minutes, et dont les notes avoisinent en général les 17-18, consiste en 15 minutes de pratique (le plus souvent jouer une scène), et 15 minutes d’entretien avec un jury, prenant appui sur un dossier monté par l’élève sur l’année, cherchant à évaluer sa compréhension générale de la matière. La préparation sur l’année consiste en 1h de cours et 2h de pratique hebdomadaires. À l’INJA, l’enseignement théorique est dispensé depuis une trentaine d’années par Yves Félix, ancien lecteur du GIAA dans les années 80 qui fut, au sein de l’Institut, d’abord formé au braille, puis rapidement titulaire d’un CAPES spécialisé. Collaborent également avec lui, depuis 15 ans, deux intervenants extérieurs venant des TQI, Théâtres des Quartiers d’Ivry : Christian Germain, qui a travaillé avec Catherine Dasté, petite-fille de Jacques Copeau, et Gilles Nicolas, chorégraphe de formation. Complément indispensable, les élèves assistent, tout au long de l’année scolaire, à une dizaine de spectacles.

2) Pinocchio

Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino (Les Aventures de Pinocchio. Histoire d’un pantin) ont été écrites par un journaliste toscan, Carlo Collodi, et furent publiées en feuilleton entre 1881 et 1883 dans des revues pour la jeunesse. Ce conte, d’une richesse inépuisable, est le deuxième livre le plus vendu en Italie (10 millions d’exemplaires), après la Divine Comédie de Dante.

C’est une version très personnelle de Pinocchio que les élèves du club-théâtre de l’INJA nous ont présentée : celle de Joël Pommerat. Cet auteur, né en 1963 et fondateur en 1990 de la Compagnie Louis Brouillard, axe son travail directement sur notre société et ce triangle des Bermudes : Enfants-Parents-Argent.

Le Pinocchio de Collodi se déroule sur 36 chapitres. La version de Pommerat, réduite à 87 pages de texte (Acte-Sud) et une grosse dizaine de personnages, a l’immense mérite d’être accessible à un petite troupe. Très sommairement : le pantin, à l’origine simple bout de bois parlant, abandonne celui qui lui a donné forme, l’homme âgé, pour vivre ses aventures et faire diverses rencontres, usant et abusant de sa liberté, retardant toujours son entrée à l’école, entouré de la malveillance des uns (les escrocs-meurtriers, le marchand d’ânes), de la bienveillance des autres (la fée, les directeur et maître d’école), de l’absurdité de la société (le juge), de tentations et tentateurs divers (la diva, le mauvais élève), mais finira par retrouver ce père dans l’estomac d’une grande bête marine pour devenir enfin, sous son regard admiratif et recevant enfin de lui son nom de Pinocchio, un vrai petit garçon prêt à vivre pour de bon.

Conclusion

Les professeurs du club théâtre de l’INJA, Yves Félix, (Christian) Germain, et Gilles Nicolas, ont magnifiquement parlé de leur travail avec leurs élèves, notamment sur la pièce Dissident, cela va sans dire du grand auteur contemporain Michel Vinaver, dans une interview à plusieurs voix simple et essentielle. Parole est aussi bien sûr laissée à ce dernier, qui avoue avoir été bouleversé par l’interprétation du groupe, selon lui une des plus justes de son œuvre. Travail sur le texte, parfois difficile, bien sûr, mais également sur tous les signes adjacents, non nécessairement langagiers, bruits, espace, odeurs, transferts d’émotions, synergie et cohérence du groupe, rapports au corps, etc. Écoutons Germain : "... rien qu’à l’écoute finalement j’ai pu constater que l’appui sur le public, sans le regard, était possible. Je me suis rendu compte de la force qu’ils véhiculaient, de l’intensité qui est demandée au comédien dans le rapport direct sur le plateau. L’écoute qu’ils doivent avoir les uns par rapport aux autres, que je demande toujours aux comédiens, était absolument évidente."

Saviez-vous ce petit détail du conte de Collodi, qui à lui seul expliquerait peut-être bien des choses : Gepetto le menuisier oublia de faire à son pantin des oreilles, et qui contrairement à son nez extensible, resteront jusqu’au bout minuscules ! Excepté bien sûr au moment crucial de sa métamorphose en âne, où il écope avec son malappris de copain Lumignon d’oreilles géantes : est-ce cette terrible expérience, - perdre l’humaine parole pour le braiement, et tomber en esclavage -, qui rendit à Pinocchio à la fois écoute et sagesse ?

Contrairement au pantin, les élèves de l’INJA savent bien, et depuis longtemps, combien l’écoute est vitale, à quel point elle peut être, comme les silences, profonde ou non, et pourtant cet extraordinaire "mot d’ordre" de Germain sur scène : "Trouvez votre liberté, amusez-vous et réinventez " n’a-t-il pas aussi toujours été le credo de Pinocchio ?

 

Découvrir les Cévennes

Azimut Voyage organise des voyages découverte pour non et malvoyants depuis de nombreuses années. Des voyages pour sentir, toucher et participer. Les Cévennes, nouvelle terre de prédilection de notre structure, sont prêtes à vous accueillir pour vous faire découvrir de beaux sentiers, des gens d’exception, encadré par une équipe de guides passionnés. Des voyages pour sentir, toucher et participer.

Balades gourmandes et découverte en Cévennes

Spécialement conçu pour les déficients visuels, ce voyage vous mène à la découverte des Cévennes, dans le sud de la France, accompagné par un âne : balades, baignades, cours de cuisine autour des produits du terroir, villages en pierres sèches, visite d’un jardin de plantes aromatiques et médicinales...

Prix par personne : 545 € (hors transport aérien).

Période : 27 au 30 août 2015.

Renseignements

Tél. : 0033 (0) 6.63.20.25.25.

Mail : contact@azimut-voyage.fr.

 

 

retour au sommaire

 

LECTURE

Le livre du moment

 « Le Maître » de Patrick Rambaud – Grand Prix Palatine du roman historique 2015

Couverture du livreTchouang-tseu, premier grand écrivain de la Chine et immense penseur, naquit à l’époque brutale et licencieuse des Royaumes combattants. Ses aventures nous font rencontrer des princes, des courtisanes insolentes, des bouffons, des brigands vertueux.

On rit, on réfléchit, on s’étonne de ce que réclame Tchouang : la nature contre l’artifice, la lenteur contre la frénésie, le calme contre le bavardage. Une leçon parfaitement adaptée à nos temps modernes.

 

 

Éditions Gros Caractères

Nouveautés Feryane

 

« Temps glaciaires » de Fred Vargas

Couverture du livre« Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil.

- La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ?

Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans ».

« En France » de Florence Aubenas

Fidèle à l’esprit du "Quai de Ouistreham", ce livre nous fait entendre la voix de ceux et celles que Florence Aubenas a rencontrés ces deux dernières années au fil de ses reportages. À travers ces récits de vies multiples se dessine une France prise dans l’aventure du quotidien. Ces textes ont été publiés dans Le Monde, où Florence Aubenas est reporter.

 

«Jacob, Jacob » de Valérie Zenatti

Prix Méditerranée 2015 et Pris du Livre Inter 2015

Jacob, jeune Juif de Constantine, est enrôlé en juin 1944 pour libérer la France. De sa guerre, les siens ignorent tout. Ces gens très modestes, pauvres et frustres, attendent avec impatience le retour de celui qui est leur fierté. Ils ignorent également que l'accélération de l'Histoire ne va pas tarder à entraîner leur propre déracinement.

L'écriture lumineuse de Valérie Zenatti, sa vitalité, son empathie pour ses personnages donnent à ce roman une force particulière.

 

Nouveautés Éditions de La Loupe

« Cent ans c’est passé si vite... » de Gisèle Casadesus

Couverture du livreNée en 1914 dans une famille de musiciens, Gisèle Casadesus a mené une magnifique carrière à la Comédie-Française, au cinéma et à la télévision, tout en élevant ses quatre enfants avec Lucien, l’amour de sa vie. Revisitant les événements d’un siècle, des deux guerres mondiales aux nombreux bouleversements de société, cet abécédaire personnel raconte la comédie humaine et les coulisses de la scène, comme le destin d’une grande famille d’artistes. Sans jamais se départir d’un humour subtil, Gisèle Casadesus y dévoile son amour de la vie et de la famille, sa foi profonde et sa curiosité insatiable du monde.

Lire Gisèle Casadesus, c’est se laisser bercer par sa douceur naturelle et goûter à une joie de vivre communicative. Voici un livre qui rend heureux !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

retour au sommaire

 

OURS

Revue de l’Association des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes (GIAA)

Revue trimestrielle

5, avenue Daniel Lesueur - 75007 Paris

Téléphone : 01.47.34.30.00.

Site internet : www.giaa.org

Courriel : giaa@giaa.org

Directrice de la publication : Marie-Renée HECTOR

Comité de rédaction : Inès Duhesme, Odile Gnanaprégassame, Aurélie Grelier, Marie-Renée Hector, Philippe Lumbroso, Hervé Rihal, Marie de Saint-Blanquat, Stéphanie Zoccola

Mise en page : Stéphanie Zoccola

Coordination transcription supports adaptés : Stéphane Guasson

Version audio : Stéphane Guasson

Abonnements : GIAA

IMPRESSION GIAA

ISSN : 1772-4031

 

 

Nos délégations


GIAA Alsace

14 A rue de Mulhouse - 67100 Strasbourg

Tél. : 03.69.09.22.31

Mail : contact.alsace@giaa.org

 

GIAA Aquitaine

14 rue de la Réole - 33800 Bordeaux

Tél. : 05.56.31.48.48

Mail : contact.aquitaine@giaa.org

 

GIAA Auvergne

35 avenue Franklin Roosevelt

63000 Clermont-Ferrand

Tél. :04.63.79.70.55

Mail : contact.auvergne@giaa.org

 

GIAA Centre

288 Chemin Lucien Bonneau

18100 Mery-sur-Cher

Tél. : 02.48.71.30.36

 

GIAA Île de France

5 avenue Daniel Lesueur

75007 Paris

Tél. : 01.47.34.30.00 – Mail : giaa@giaa.org

 

GIAA Lorraine

BP 23703

54097 Nancy Cedex

Tél. : 03.83.27.70.33

Mail : contact.lorraine@giaa.org

 

GIAA Paca-Corse

Le Placer A - 72 avenue Benoît Malon

83100 Toulon

Tél. : 04.94.36.77.48

Mail : contact.paca-corse@giaa.org

 

GIAA Pays de Loire

109, rue Eblé

49000 Angers

Tél. : 02.41.86.13.25

Mail : contact.paysdeloire@giaa.org


 

 

Services du GIAA

Services audio :

- La bibliothèque = propose près de 8150 titres enregistrés sur CD DAISY

- Le kiosque sonore = service d’abonnement presse à 24 revues.

- L’enregistrement à la demande

 

Services Braille et gros caractères :

- transcription à la demande de tout document, ouvrages, document professionnel…

- revues jeunesse et adulte

 

La lecture directe :

Le GIAA met en contact la personne aveugle ou malvoyante avec un bénévole voyant. Le rôle du bénévole est d’assister pour la lecture : rechercher puis feuilleter des livres dans une bibliothèque, lire des documents manuscrits ou polycopiés, le courrier…

 

Un Club Emploi :

Le Club Emploi du GIAA propose un accompagnement individuel personnalisé, centré sur la spécificité de la personne déficiente visuelle en situation de recherche d’emploi.

 

Les boutiques du GIAA :

Le GIAA dispose pour ses adhérents de boutiques qui proposent, selon les délégations, des méthodes d’apprentissage du Braille, de matériels pour lire et écrire du Braille ou des gros caractères, et divers produits adaptés qui facilitent la vie quotidienne des aveugles et malvoyants (loupes, montres, ...).

 

Sections du GIAA

-           Amitiés Pouget : regroupe des prêtres, diacres, religieux et religieuses malvoyants ou non voyants. Ils publient la "lettre d'Ananie".

-           GPEAA (Groupement des Professeurs et Éducateurs d'Aveugles et Amblyopes) : groupe de professeurs et éducateurs, acteurs sociaux, parents qui travaillent ou vivent pour/avec des personnes aveugles ou malvoyantes. Ils organisent les journées pédagogiques.

-           Views France : concerne les jeunes malvoyants et non voyants qui souhaitent faire des échanges et organiser des voyages en Europe.

 

 

retour au sommaire

 

NOUVEAUTÉS DAISY DU 16 MARS 2015 AU 3 AOÛT 2015

 

Catégorie ; Titre ; Auteur ; Éditeur ; Année ; Durée.

 

Arts et Loisirs

Dance with the devil ; Booth, Stanley ; Flammarion 2012 ; 24:51.

Le Camino del Norte - le chemin le long de la mer ; Duhalde, Andrée ; Lepère Editions ; 7:38.

Brassempouy ; Delporte, Henri ; ICN ; 2006 ; 02:20.

Le Dauphiné traditionnel ; Van Gennep, Arnold ; Curandera ; 1992 ; 09:28.

Le chemin de Vezelay à pied à vélo ; Gregoire, Jean-Yves ; Rando Éditions ; 10:54.

Visconti ; Schifano, Laurence ; Gallimard ; 2009 ; 21:33.

Donatello "La Vierge et l'Enfant" ; Musée du Louvre, Département des sculptures ; Somogy ; 2008 ; 1:12.

Le " scribe accroupi" ; Musée du Louvre, Département des antiquités égyptiennes ; Réunion des musées nationaux ; 2002 ; 1:18.

Idoles-cloches de Béotie ; Musée du Louvre, Département des antiquités grecques, étrusques et romaines ; Réunion des musées nationaux ; 2003 ; 0:54.

La statuette d'Ahmès Néfertari ; Musée du Louvre, Département des antiquités égyptiennes ; Réunion des musées nationaux ; 1997 ; 01:26.

Johann Heinrich Füssli, "Lady Macbeth marchant dans son sommeil" ; Musée du Louvre, Département des peintures ; Louvre éd. ; 2011 ; 01:52.

Petit livret culturel et spirituel du pèlerin de Saint-Jacques ; Auberger, Jean-Baptiste ; Amis de Saint-Jacques de la voie de Vézelay ; 2000 ; 02:55.

Le palais de la Cité ; Delhumeau, Herveline ; Cité de l'architecture et du patrimoine, MMF ; 2011 ; 3:21.

 

 

Biographies

Dance with the devil ; Booth, Stanley ; Flammarion ; 2012 ; 24:51.

Garde tes larmes pour plus tard ; Saint-André, Alix de ; Gallimard ; 2013 ; 09:26.

Le soleil peut attendre ; Pelletier, Monique ; A. Carrière ; 2011 ; 4:45.

Christophe Colomb ; Schmidt, Marie-France ; Gallimard ; 2011 ; 8:57.

Voyage en Orient ; Nerval, Gérard de ; Flammarion ; 12:44.

La rue était mon lit ; Baldy, Michel ; City ; 2014 ; 04:53.

Pour l'amour des miens ; Alassane, Anne ; M. Lafon ; 2013 ; 05:37.

Candide au pays d'Allah ; Clovis, Clotilde ; Quabel ; 2011 ; 06:13.

Pratique militante et écrits d'un ouvrier communard ; Lejeune, Paule ; L'Harmattan ; 2002 ; 06:47.

Mémoires d'un révolutionnaire juif ; Mendel, Hersh ; Éditions Syllepse ; 2011 ; 15:13.

Avocat de Trotsky ; Rosenthal, Gérard ; R. Laffont ; 1975 .

Les tribulations d'une cuisinière anglaise ; Powell, Margaret ; Éditions Payot & Rivages ; 2014 ; 05:52.

Le chien de lumière ; Parent, Nadine ; Publibook ; 2014 ; 7:38.

Napoléon et ses hommes ; Branda, Pierre ; Fayard ; 2011 ; 21:11.

L'évasion ; Collomb, Francis ; XO éd. ; 07:34.

Pour en finir avec l'affaire Seznec ; Langlois, Denis ; Éditions de la Différence ; 11:34.

Marion, 13 ans pour toujours ; Fraisse, Nora ; Calmann-Lévy ; 05:07.

Le voyage en Orient ; Nerval, Gérard de ; Garnier-Flammarion ; 1980 ; 24:55.

L'herbe bleue ; Anonyme ; Pocket jeunesse ; 2003 ; 05:06.

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée ; Christiane F. ; Gallimard ; 1982 ; 08:36.

Le shah ; Kapuscinski, Ryszard ; Flammarion ; 2010 ; 06:37.

Madame de Genlis ; Broglie, Gabriel de ; Perrin ; 1990 ; 23:45.

Maurice de Saxe ; Castries, René de La Croix ; A. Fayard ; 1963 ; 10:29.

Alan Turing ; Hodges, Andrew ; Michel Lafon ; 2015 ; 26:10:59.

Mustapha Kemal ; Benoist-Méchin, Jacques ; Albin Michel ; 1981 ; 16:13.

Marie de Bourgogne ; Cazaux, Yves ; Albin Michel ; 1967 ; 15:29.

En traîneau avec l'empereur ; Caulaincourt, Armand-Louis-Augustin de ; Arléa 2013 ; 07:28.

Guillaume le Maréchal ; Duby, Georges ; Fayard 1986 ; 05:51.

Charles X ; Cabanis, José ; Gallimard ; 1972 ; 26:02:00.

Letizia R. Bonaparte, la mère de toutes les douleurs ; Carolis, Patrick de ; Plon ; 2014 ; 09:20.

Mme de Sévigné par elle-même ; Cordelier, Jean ; Seuil ; 1967 ; 04:53.

La petite fille à la balançoire ; Bedos, Frédérique ; Les Arènes ; 2013 ; 4:31.

Liane de Pougy ; Chalon, Jean ; Flammarion ; 1994 ; 09:15.

Vivre sans pourquoi ; Jollien, Alexandre ; l'Iconoclaste ; 2015.

Avent ; Füst, Milán ; Ombres ; 2000 ; 04:00.

Comme une épaisseur différente de l'air ; Hunault, Claudine ; Cheyne ; 2015 ; 02:21:52.

Nietzsche ; Zweig, Stefan ; Stock ; 2004 ; 03:37.

Les Chirac :les secrets du clan ; Gurrey, Béatrice ; Robert Laffont ; 2015 ; 4:55.

Françoise Giroud ; Ockrent, Christine ; Fayard ; 2003 ; 09:06.

Napoléon III ; Étèvenaux, Jean ; Cabédita ; 2014 ; 02:55.

Jacques Coeur et son temps ; Bordonove, Georges ; Pygmalion ; 1996 ; 08:30.

Le mystère Goldman ; Le Bourhis, Éric ; Prisma ; 2014 ; 6:15:19.

 

 

Généralités

La statuette d'Ahmès Néfertari ; Musée du Louvre, Département des antiquités égyptiennes ; Réunion des musées nationaux ; 1997 ; 01:26.

 

 

Géographie

Au pays de Dieu ; Kennedy, Douglas ; Pocket ; 2006 ; 08:49.

Y a t-il la lune chez toi? ; Vallombreuse, Pierre de ; Le passeur ; Cop 2014 ; 05:35.

La terre n'est qu'un seul pays ; Brugiroux, André ; Géorama éd. ; 2006 ; 11:47.

Climat ; Collectif ; le Cherche Midi ; 2011 ; 8:00.

Aigues-Mortes Du passé au présent ; Gros, Bernard ; Lucie Éditions ; 12:51:22.

Regards sur Essey ; Schnell, Bernard ; Mairie d'Essey-les-Nancy ; 2002 ; 10:49.

 

 

Handicap

Être aveugle en Lorraine aux XIXe et XXe siècles ; Thévenin, Étienne ; Presses universitaires de Nancy ; 2002 ; 4:03.

Comme une épaisseur différente de l'air ; Hunault, Claudine ; Cheyne ; 2015 ; 02:21:52.

 

 

Histoire

Alexandre II ; Carrère d'Encausse, Hélène ; Librairie générale française ; 2010 ; 16:17.

Pontcarral ; Cahuet, Albéric ; le Livre de poche ; 05:34.

La fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement ; Alexievitch, Svetlana ; Actes Sud ; 2013 ; 20:27.

Eleanor Roosevelt ; Kiejman, Claude-Catherine ; Tallandier ; 2012 ; 10:37.

L'Escadron de Gironde ; Chambe, René ; Baudinière ; 1945 ; 2:59.

Christophe Colomb ; Schmidt, Marie-France ; Gallimard ; 2011 ; 8:57.

Histoire de l'Angleterre ; Marx, Roland ; Fayard ; 1993 ; 39:29.

Mais où sont passés les Indo-Européens ? ; Demoule, Jean-Paul ; Le Seuil ; 2014 ; 32:26.

Les derniers jours ; Jaeghere, Michel de ; Les Belles Lettres ; 2014 ; 18:52.

Histoire passionnée de la France ; Sévillia, Jean ; Perrin ; 2013 ; 15:04.

La vie quotidienne en Forez avant 1914 ; Plessy, Bernard ; Hachette ; 1981 ; 11:46.

Les grands articles de presse de 1900 à nos jours ; Labiausse, Kevin ; Éditions Bréal ; 2012 ; 09:42.

La jeunesse et la résistance ; Gandy, Alain ; Presses de la Cité ; 2008 ; 07:09.

Pratique militante et écrits d'un ouvrier communard ; Lejeune, Paule ; L'Harmattan ; 2002 ; 06:47.

Avocat de Trotsky ; Rosenthal, Gérard ; R. Laffont ; 1975 .

Mustapha Kemal ; Benoist-Méchin, Jacques ; Albin Michel ; 1981 ; 16:13.

Lawrence d'Arabie ou le Rêve fracassé ; Benoist-Méchin, Jacques ; Perrin ; 1979 ; 08:20.

Liberté, liberté chérie ; (suivi de) Roissy-en-France ; Mendès France, Pierre ; Fayard ; 1977 ; 14:09.

Femmes des Lumières à la cour de Stanislas ; Mercier, Gilbert ; la Nuée bleue ; 2004 ; 6:51.

Napoléon et ses hommes ; Branda, Pierre ; Fayard ; 2011 ; 21:11.

Qui écrira notre histoire ? ; Kassow, Samuel D. ; Flammarion ; 2013 ; 20:52.

Athénée Palace ; Waldeck, Comtesse ; Éditions de Fallois ; 2014 ; 11:49.

Les batailles qui ont changé l'histoire ; Blin, Arnaud ; Perrin ; 2014 ; 15:49.

L' affaire du capitaine Dreyfus, 1894-1897 ; Oriol, Philippe ; Stock ; 2008 ; 12:27.

Charles Davin. Bataille des ombres ; Davin, Charles ; Dervy ; 1953 ; 03:11.

La salle de garde ; Josset, Patrice ; le Léopard d'or ; 1996 ; 07:35.

La bataille du Vercors, 1943-1944 ; Vial, Pierre ; Presses de la Cité ; 1991 ; 12:42.

Tchad, éloge des lumières obscures ; Masra, Succès ; l'Harmattan ; 2008 ; 04:19:01.

Les rois maudits d'Angleterre ; Bournazel, Alain ; Perrin ; 2014 ; 12:23.

Les grands ducs de Bourgogne ; Calmette, Joseph ; A. Michel ; 1976 ; 10:39.

En traîneau avec l'empereur ; Caulaincourt, Armand-Louis-Augustin de ; Arléa ; 2013 ; 07:28.

Charles X ; Cabanis, José ; Gallimard ; 1972 ; 26:02:00.

Tour de Constance ; Chamson, André ; Edipro ; 12:59:25.

Ils voyageaient la France ; Barret, Pierre ; Hachette ; 1980 ; 17:33.

Les sauveteurs de l'ombre ; Germain, Michel ; la Fontaine de Siloé ; 2010 ; 09:21.

Le siècle d'Israel ; Derogy, Jacques ; Fayard ; 1994 ; 40:49.

Qui a gagné Waterloo ; Casali, Dimitri ; Flammarion ; 5:35.

Singulière noblesse ; Mension-Rigau, Eric ; Fayard ; 2015 ; 9:00.

Les vingt jours ; Tulard, Jean ; Fayard ; 2001 ; 6:03:42.

Le désastre de Pavie ; Giono, Jean ; Gallimard ; 2012 ; 13:11.

Jacques Coeur et son temps ; Bordonove, Georges ; Pygmalion ; 1996 ; 08:30.

1945, la découverte ; Wieviorka, Annette ; Éditions du Seuil ; 2015 ; 5:09:46.

 

 

Jeunesse

Peine maximale ; Vantal, Anne ; Actes Sud junior ; 2010 ; 04:52.

Le crépuscule des elfes ; Fetjaine, Jean-Louis ; France loisirs ; 1999 ; 09:38.

 

 

Littérature

Le livre d'un homme seul ; Gao, Xing jian ; Éditions de l'Aube ; 2001 ; 15:03.

Un été sans les hommes ; Hustvedt, Siri ; Actes Sud ; 2011 ; 05:59.

Le passager ; Grangé, Jean-Christophe ; A. Michel ; 2011 ; 23:42.

La reine crucifiée ; Sinoué, Gilbert ; Gallimard ; 2007 ; 10:07.

La fille du Nil ; Sinoué, Gilbert ; Gallimard ; 1995 ; 15:28.

Quatuor d'automne ; Pym, Barbara ; C. Bourgois ; 1987 ; 05:58.

L' amour sans le faire ; Joncour, Serge ; Flammarion ; 2012 ; 06:32.

Garde tes larmes pour plus tard ; Saint-André, Alix de ; Gallimard ; 2013 ; 09:26.

Shining ; King, Stephen ; Éditions J'ai lu ; 1990 ; 14:44.

Au pays de Dieu ; Kennedy, Douglas ; Pocket ; 2006 ; 08:49.

La porte du non-retour ; Peyramaure, Michel ; Presses de la cité ; 2008 ; 16:22.

L'été de la honte ; Scepanovic, Branimir ; l'Âge d'homme ; 2008 ; 3:59.

Jacob, Jacob ; Zenatti, Valérie ; Éditions de l'Olivier ; 2014 ; 03:10.

Les vents mauvais ; Marshall, Michael ; J'ai lu ; 2011 ; 10:45.

Le trésor caché ; Maffesoli, Michel ; Éditions Léo Scheer ; 2015 ; 05:09.

Le sang des pierres ; Theorin, Johan ; Librairie générale française ; 2013 ; 11:51.

Dernier automne ; Bowen, Elizabeth ; Payot & Rivages ; 1999 ; 9:44.

L'homme qui assassina ; Farrère, Claude ; le Livre de poche ; 1968 ; 7:02.

Les Dépouilles de Poynton ; James, Henry ; le Livre de poche ; 1978 ; 6:26.

Les confessions de Constanze Mozart ; Duquesnoy, Isabelle ; Points ; 2012 ; 13:39.

L' archiviste de Dublin ; O'Brien, Flann ; Phébus ; 2004 ; 8:10.

Le dernier des Médicis ; Fernandez, Dominique ; Librairie générale française ; 1996 ; 13:41.

Lovesong ; Miller, Alex ; Phébus ; 2012 ; 7:49.

Malta Hanina ; Rondeau, Daniel ; B. Grasset ; 2011 ; 6:02.

La brise qui monte du fleuve ; Macherla, Hema ; Mercure de France ; 2012 ; 11:20.

Le théorème de Kropst ; Arnaud, Emmanuel ; Métailié ; 2012 ; 4:26.

Avec le diable ; Keene, James ; Points ; 2013 ; 9:30.

La vieille qui voulait tuer le bon dieu ; Monfils, Nadine ; France Loisirs ; 2013 ; 5:50.

Le sable d'Ararat ; Obispo, Max ; Mille plumes ; 2010 ; 3:56.

Elle marchait sur un fil ; Delerm, Philippe ; Le Seuil / Seuil Jeunesse / L'Olivier / Points / Pointdeux ; 2014 ; 4:58.

Drenä, Légende ; Gemmell, David ; Bragelonne ; 2000 ; 11:00.

L'enfant maudit ; Gemmell, David ; Gallimard ; 2002 ; 10:16.

La mort des nations ; Gemmell, David ; Gallimard ; 2002 ; 8:22.

Du sang sur Rome ; Saylor, Steven ; Éditions 10/18 ; 1998 ; 12:46.

Toxic blues ; Bruen, Ken ; Gallimard ; 2007 ; 6:39.

La sage-femme des Appalaches ; Harman, Patricia ; J.-C. Lattes ; 2014 ; 13:15.

Voyage au centre de la terre ; Verne, Jules ; le Livre de poche ; 2004 ; 07:49:41.

Le tour du monde en 80 jours ; Verne, Jules ; IDLivre ; 2000 .

Un membre permanent de la famille ; Banks, Russell ; Actes Sud ; 2015 ; 06:42.

Dans l'ombre des Tudors ; Mantel, Hilary ; Pocket ; 2014 ; 22:48.

Histoire de Nasreddin Hodja ; Collectif ; Silk Road Turkiye ; 1:40.

Le songe d'Ariel ; Schwartzbrod, Alexandra ; Gallimard ; 2011 ; 4:26.

L' enfant du "Titanic" ; Fleming, Leah ; Éditions France loisirs ; 2012 ; 16:22.

Les genêts de Saint Antonin ; Rousson, Dany ; Les Nouveaux Auteurs ; 2014 ; 9:45.

la chute de la 3ème république ; Shirer, William Lawrence ; Stock ; 52:51.

Le jardin des Finzi-Contini ; Bassani, Giorgio ; Gallimard ; 1975 ; 07:17.

La folie des Bassompierre ; Malaval, Jean-Paul ; Calmann-Lévy ; 2014 ; 10:35.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier ; Modiano, Patrick ; Gallimard ; 2014 ; 3:29.

Fin de partie ; Beckett, Samuel ; Éditions de Minuit ; 1993 ; 1:19.

Mademoiselle de Pâquelin ; Barthel, Jocelyne ; Nouvelles Plumes ; 28:28.

La captive aux yeux clairs ; Guthrie, Alfred Bertram ; Actes Sud ; 2014 ; 18:18.

Un secret du docteur Freud ; Abécassis, Eliette ; Flammarion ; 2014 ; 4:18.

Aux portes de l'éternité ; Follett, Ken ; R. Laffont ; 2014 ; 47:02.

Les animaux ; Del Monte, Laïla ; Véga ; 2012 ; 09:59.

Sur les pas de l'homme maudit ; Perrève, Paul ; Delpin Nicole ; 07:49.

Et toujours ces ombres sur le fleuve ; Broc, Nathalie de ; Presses de la Cité ; 2014 ; 6:01.

L' infini livre ; Revaz, Noëlle ; Zoé ; 2014 .

Deep winter ; Gailey, Samuel W. ; Gallmeister ; 2014 ; 07:15.

Tromper la mort ; Rivière, Maryse ; Fayard ; 2014 ; 6:25.

La Vicomtesse d'Éristal n'a pas reçu son balai mécanique ; Anouilh, Jean ; la Table ronde ; 1987 ; 03:23.

Oeil vivant (l') ; Starobinski, Jean ; Gallimard ; 1961 ; 14:12.

Trois discours sur le poème dramatique ; Corneille, Pierre ; Flammarion ; 1999 ; 13:53.

La petite fille du lac ; Schwarz, Christina ; J'ai lu ; 2005 ; 11:29.

Parpot le bienheureux ; Monnier, Alain ; Climats ; 2004 ; 04:17.

L' étau du mal ; DePaul, Virna ; Harlequin ; 2014 ; 11:08.

Mortel Eden ; Graham, Heather ; Harlequin ; 2014 ; 9:26.

L'Irlandais ; Higgins, Jack ; Librairie générale française ; 1989 ; 06:29.

Ouilla ! docteur ; Dautriat, Jean ; Horvath ; 1979 ; 03:18.

Chemin d'Assise - l'aventure intérieure ; Lemire, Olivier ; Bayard ; 2014 ; 03:45.

1, rue des petits-pas ; Hug, Nathalie ; Calmann-Lévy ; 2014; 09:14.

Augustin ou le maître est là ; Malègue, Joseph ; les Éditions du Cerf ; 2014 ; 34:06.

La nuit de l'amandier ; Bourdon, Françoise ; Pocket ; 10:10.

Soufi, mon amour ; Shafak, Elif ; 10-18 ; 2011 ; 12:57.

Livret de famille ; Modiano, Patrick ; Gallimard ; 1977 ; 04:25.

Petit seigneur ; Hausser, Isabelle ; de Fallois ; 2010 ; 06:58.

La petite Bijou ; Modiano, Patrick ; Editions Gallimard ; 2002 ; 03:16.

Les grandes villes n'existent pas ; Coulon, Cécile ; Raconter la vie-Seuil ; 2015 ; 01:56.

Sur la Vistule ; Mann, Mendel ; Calmann-Lévy ;1962 ; 09:55.

Aux portes de Moscou ; Mann, Mendel ; le Livre de poche ; 1978 ; 10:33.

La clôture ; Rolin, Jean ; Gallimard ; 2004 ; 04:11.

Le maître de café ; Bleys, Olivier ; A. Michel ; 2013 ; 07:49.

Le chien de lumière ; Parent, Nadine ; Publibook ; 2014 ; 7:38.

Le coeur pélican ; Coulon, Cécile ; V. Hamy ; 2015 ; 7:01.

Délivrez-nous du mal ; Sardou, Romain ; Pocket ; 2009 ; 09:46.

Vingt mille lieues sous les mers ; Verne, Jules ; Librairie générale française ; 1990 ; 16:14.

Les deux premières enquêtes de Nicolas Le Floch ; Parot, Jean-François ; JC Lattès ; 2000 ; 23:00.

Les femmes de ses fils ; Trollope, Joanna ; Éditions des 2 terres ; 2013 ; 10:47.

Énéide ; Virgile ; Librairie générale française ; 2004 ; 16:07.

Retour à Brooklyn ; Selby, Hubert ; Union générale d'édition ; 1984 ; 11:05.

Paul et Virginie ; Bernardin de Saint-Pierre, Henri ; Flammarion ; 2014 ; 07:35.

Énigme dévoilée ; Narboux, Roland ; Royer ; 05:52.

Trois hommes dans la neige ; Kastner, Erich ; J'ai lu ; 06:09.

Le fantôme de la rue Royale ; Parot, Jean-François ; 10-18 ; 2002 ; 10:41.

Fin de la saison des guêpes ; Mina, Denise ; Éditions du Masque ; 14:07.

Inconnu du Grand Canal ; Leon, Donna ; Calman-Lévy ; 09:59.

Été des Danois ; Peters, Ellis ; UGE ; 09:30.

L' amour d'une honnête femme ; Munro, Alice ; Points ; 2012 ; 11:23.

L'Iliade ; Homère ; Éditions du Seuil ; 2012 .

L' amour d'une honnête femme ; Munro, Alice ; Payot et Rivages ; 2003 ; 11:14.

Le maître de la terre ; Benson, Robert Hugh ; P. Téqui ; 1994 ; 9:25.

Méditation sur un amour défunt ; Berl, Emmanuel ; B. Grasset ; 1992 ; 03:31.

Le voyage en Orient ; Nerval, Gérard de ; Garnier-Flammarion1980 ; 24:55.

Pontcarral ; Cahuet, Albéric ; le Livre de poche ; 05:34.

Voyage en Orient ; Nerval, Gérard de ; Flammarion ; 12:44.

La belle de Joza ; Legátová, Kveta ; Libretto ; 2014 ; 03:19.

Le Sortilège espagnol ; Del Castillo, Michel ; Julliard ; 1977 ; 15:39.

Une femme en blanc ; Boissard, Janine ; Pocket ; 2011 ; 12:18.

Loup, y es-tu ? ; Boissard, Janine ; le Grand livre du mois ; 2009 ; 08:44.

La jeune fille au pair ; Joffo, Joseph ; Librairie générale française ; 1995 ; 05:11.

Couleur canari ; Failler, Jean ; Éditions du Palémon ; 2003 ; 07:24.

Le crime de l'hôtel Saint-Florentin ; Parot, Jean-François ; 10-18 ; 2005 ; 13:09.

Le sang des farines ; Parot, Jean-François ; 10-18 ; 2006 ; 12:18.

Freud et Nietzsche ; Assoun, Paul-Laurent ; Presses universitaires de France ; 2008.

Les quatre femmes de Dieu ; Bechtel, Guy ; Plon ; 2000 .

La traversée du mal ; Tillion, Germaine ; Arléa ; 2000 ; 01:43.

Une opérette à Ravensbrück ; Tillion, Germaine ; Points ; 2007 .

Elle et lui ; Lévy, Marc ; Robert Laffont ; 2015 ; 06:25.

Le Prisonnier n°1 ; Troyat, Henri ; Flammarion ; 1978 ; 06:17.

Une main encombrante ; Mankell, Henning ; Éditions du Seuil ; 2014 ; 03:07.

L' oeil du léopard ; Mankell, Henning ; Points ; 2013 ; 09:33.

Avant toi ; Moyes, Jojo ; Milady ; 2014 ; 12:45.

Tir aux pigeons ; Mitford, Nancy ; C. Bourgois ; 2013 ; 06:00.

Les saisons et les jours ; Miller, Caroline ; Pocket ; 2014 ; 11:57.

Accroche-toi, Anna ! ; Wolff, Isabel ; Pocket ; 2009 ; 15:30.

Coquelicot ; Sylvestre, Anne ; Points ; 2014 ; 01:56.

Silence en octobre ; Grøndahl, Jens Christian ; Gallimard ; 2011 ; 10:05.

Mille femmes blanches ; Fergus, Jim ; Le Cherche Midi Éditeur ; 2011, cop. 2000 ; 11:13.

Vert Palatino ; Piersanti, Gilda ; Pocket ; 2009 ; 06:40.

Desperados ; O'Connor, Joseph ; Phébus ; 1998 ; 18:39.

Bébé couple ; Boissard, Janine ; le Livre de poche ; 1998 ; 6:05.

La reconquête ; Boissard, Janine ; Fayard ; 1990 ; 5:06.

Charlotte et Millie ; Boissard, Janine ; Éditions Robert Laffont ; 2001 ; 10:10.

L' Amour, Béatrice ; Boissard, Janine ; Fayard ; 1990 .

Raimu, mon père ; Brun, Paulette ; Hachette ; 1980 ; 04:58.

Joujou ; Castro, Ève de ; Robert Laffont ; 2014 ; 11:20.

Le phare du bout du monde ; Verne, Jules ; Gallimard ; 2004 ; 05:32.

La mare au Diable ; Sand, George ; Gallimard ; 1999 ; 05:01.

L' année du volcan ; Parot, Jean-François ; 10-18 ; 2014 ; 14:17.

Le noyé du grand canal ; Parot, Jean-François ; 10-18 ; 2010 ; 26:14:00.

L' énigme des Blancs-Manteaux ; Parot, Jean-François ; J. C. Lattès ; 2000 .

Les idées des autres ; Leys, Simon ; Plon ; 2005 ; 02:19.

L'humeur vagabonde ; Blondin, Antoine ; Table ronde ; 1971 ; 4:53.

Portraits de femmes ; Dutourd, Jean ; Flammarion 2010 ; 11:10.

Les Souffrances du jeune Werther ; Goethe, Johann Wolfgang von ; Gallimard ; 2012, cop. 1973 ; 09:27.

La vie en mieux ; Gavalda, Anna ; le Dilettante ; 2014 ; 05:38.

Le procès Fouquet ; Bertière, Simone ; de Fallois ; 2013 ; 13:34.

Les feux de l'automne ; Némirovsky, Irène ; Librairie générale française ; 2007 ; 8:24.

Boléro ; Boissard, Janine ; Fayard ; 1995 ; 12:18.

Une grande petite fille ; Boissard, Janine ; Fayard ; 1992 ; 07:00.

La patience du franc-tireur ; Pérez-Reverte, Arturo ; Éditions du Seuil ; 2014 .

La route de l'Ouest ; Guthrie, Alfred Bertram ; Actes Sud 2014 ; 16:09.

Marie des Hauts Pays ; Fournier, Céleste ; P. Putelat ; 2000 ; 09:09.

Les enfants des Justes ; Signol, Christian ; A. Michel 2012, cop. 2012 .

Tiré à part ; Fiechter, Jean-Jacques ; Denoël ; 1992 ; 03:57.

L'oeil émerveillé ou la Nature comme spectacle ; Samivel ; A. Michel ; 07:26.

Belle arrière-grand-mère ; Boissard, Janine ; Fayard ; 2014 ; 08:23.

Objet de toutes les convoitises ; Bourdin, Françoise ; Pocket ; 2006 ; 07:03.

La canne aux rubans ; Grangeot, Jean ; France loisirs ; 1993 ; 09:40.

Une enfance sicilienne ; Di Verdura, Fulco ; B. Grasset ; 1981 ; 13:19.

Fille d'automne ; Convain-Sargnon, Geneviève ; Bookpole ; 2000 ; 4:50.

Le bonheur du crapaud ; Pasti, Umberto ; Flammarion ; 2015 ; 04:22.

L' homme-qui-dessine ; Séverac, Benoît ; Syros2013, cop. 2014 ; 03:56.

Douce nuit ; Clark, Mary Higgins ; A. Michel ; 1995 ; 03:38.

Retour à San Catello ; Carrese, Philippe ; Éditions de l'Aube ; 2015 ; 10:13:22.

Lux tenebrae ; Giacometti, Eric ; Pocket ; 2011 ; 11:49.

Le Beaujolais nouveau est arrivé ; Fallet, René ; Denoël ; 1993 ; 7:11.

Nousétions le sel de la mer ; Bouchard, Roxanne ; VLB ; 2015 ; 7:14.

Mot ; Hétu, Julie ; Triptyque ; 2014 ; 4:27.

18 ans et 3 semaines ; Pancaldi, Florent ; Édilivre ; 2014 ; 06:50.

L' hôte du pape ; Volkoff, Vladimir ; Éditions du Rocher ; 2004 ; 13:22.

Marga, comtesse de Palmyre ; Taillac, Marie-Cécile de ; Belfond ; 1999 ; 07:16.

La douleur ; Duras, Marguerite ; Gallimard ; 1993 ; 05:38.

Le secret d'Edwin Strafford ; Goddard, Robert ; Librairie générale française ; 2014 ; 21:37.

Allons voir plus loin, veux-tu ? ; Duperey, Anny ; Éditions du Seuil ; 2002 ; 14:45.

Jules ; Van Cauwelaert, Didier ; Albin Michel ; 2015 ; 04:49:29.

Les géants et l' Atlantide ; Glauzy, Laurent ; la maison de salat ; 2014 ; 08:17.

La chevelure sacrifiée ; Hrabal, Bohumil ; Gallimard ; 2003 ; 03:26:51.

Le crépuscule des elfes ; Fetjaine, Jean-Louis ; France loisirs ; 1999 ; 09:38.

Certaines n'avaient jamais vu la mer ; Otsuka, Julie ; Phébus ; 2012 ; 04:45.

Photo de groupe au bord du fleuve ; Dongala, Emmanuel ; Actes Sud ; 2010 .

Les petits garçons naissent aussi des étoiles ; Dongala, Emmanuel ; Le Serpent à plumes ; 2000.

Les belles âmes ; Salvayre, Lydie ; Éditions du Seuil ; 2000.

La méthode Mila ; Salvayre, Lydie ; Seuil ; 2005.

Hymne ; Salvayre, Lydie ; Seuil ; 2011.

Laisse flotter les rubans ; Romilly, Jacqueline de ; de Fallois ; 1999 ; 05:42.

Les neiges du Kilimandjaro ; suivi de Dix Indiens ; Hemingway, Ernest ; Gallimard ; 1946 ; 05:03.

La prophétie des glaces ; Simonay, Bernard ; Presses de la Cité ; 2009 ; 17:40.

L' énigme éternelle ; Buck, Pearl Sydenstricker ; l'Archipel ; 2014 ; 10:11.

Dora Bruder ; Modiano, Patrick ; Gallimard ; 1997 ; 02:55.

La bataille ; Rambaud, Patrick ; Librairie générale française ; 2001 ; 07:19.

L' automne du patriarche ; García Márquez, Gabriel ; B. Grasset ; 1977 ; 08:53.

L' inconnu du Nord-Express ; Highsmith, Patricia ; Calman-Lévy ; 1999 ; 10:11.

La vieille dame et la librairie ; Piat, Jean ; Flammarion ; 08:40.

Manderley for ever ; Rosnay, Tatiana de ; Albin Michel ; 2015 ; 11:03.

Le fabuleux destin d'une vache ; Safier, David ; Presses de la Cité ; 2014 ; 07:33.

L'Argent ; Zola, Émile ; Librairie générale française ; 1985 ; 14:55.

Les âmes fortes ; Giono, Jean ; Gallimard ; 1958 ; 10:09.

Trente-six chandelles ; Roger, Marie-Sabine ; Éditions du Rouergue ; 2014 ; 06:00.

Splendeurs et misères des courtisanes ; Balzac, Honoré de ; Flammarion ; 2006 ; 21:59.

La mouche ou Les espiègleries et aventures galantes de Bigand ; Mouhy, Charles de Fieux ; Éditions Classiques Garnier ; 2010 ; 19-09.

Un ciel trop bleu ; Viegas, Francisco José ; A. Michel ; 2006 ; 11:45.

 

 

Philosophie

La théologie philosophique de Saint Thomas d'Aquin ; Elders, Leo J ; P. Téqui ; 1995 ; 24:28.

Corpus 67 ; Université Paris Ouest ; Université Paris ouest ; 2014 ; 07:45.

Sciences et pseudo-sciences ; Rasplus, Valéry ; Éditions Matériologiques ; 2014 ; 6:41.

Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien ; Leboeuf, Mathias ; Tallandier ; 2009 ; 12:08.

Poèmes philosophiques de Saint-Thomas d'Aquin à ses commentaires des oeuvres principales d'Aristote ; Thomas d'Aquin ; Presses de l' IPC2008 ; 03:58.

"Quelque part dans l'inachevé" ; Jankélévitch, Vladimir ; Gallimard ; 1978 ; 08:36.

Nietzsche ; Zweig, Stefan ; Stock ; 2004 ; 03:37.

La philosophie ne fait pas le bonheur ; Droit, Roger-Pol ; Flammarion ; 2015 ; 03:47.

 

 

Poésie

Anthologie de la poésie française ; Pompidou, Georges ; Hachette ; 1961 ; 12:14.

Séduisances ; Louve, Samie ; France Libris ; 2014 ; 01:14.

 

 

Psychologie

Précis de psychologie ; Tabary, Jean-Claude ; Maloine ; 1981 ; 29:46.

Pour l'amour des miens ; Alassane, Anne ; M. Lafon ; 2013 ; 05:37.

révolution de la pensée intégrale ; Drouot, Patrick ; Alphée-J.-P. Bertrand ; 08:03.

La Gestalt : l'art du contact ; Ginger, Serge ; Marabout ; 2010 ; 06:40.

La psychothérapie ; Palmade, Guy ; Presses universitaires de France ; 1984 ; 05:42.

Les livres prennent soin de nous ; Detambel, Régine ; Actes Sud ; 2015 ; 03:57.

Le corps entre les mains ; Dolto, Boris ; Vuibert ; 2006 ; 13:01.

Morphopsychologie ; Tardy, Martine ; Dangles éditions ; 2012 ; 07:16.

 

 

Religion et spiritualité

Brève histoire de l'islam à l'usage de tous ; Sfeir, Antoine ; Bayard ; 2007.

Être chrétien dans la modernité ; Musset, Jacques ; Éditions Golias ; 2012 ; 8:43.

L' islam que j'aime, l'islam qui m'inquiéte ; Delorme, Christian ; Bayard ; 2012 ; 5:57.

Rencontres avec la Splendeur ; Elia, Marie ; A.L.T.E.S.S. ; 2012 ; 14:12.

Un guérisseur hors du commun ; Temple, Jack ; Labussière ; 2006 ; 9:03.

Cheminer vers la sagesse ; Chopra, Deepak ; Presses du Châtelet ; 2006 ; 4:17.

Lettres sur le yoga 1 ; Sri Aurobindo, Ghose ; Éditions Buchet-Chastel ; 09:34.

Sentiers ; Bessière, Gérard ; Diabase ; 2014 ; 3:27.

Le message des évangiles ; Alberti, Angelo ; Marabout ; 1961 ; 29:38.

Tableau naturel des rapports qui existent entre Dieu, l'homme et l'univers ; Saint-Martin, Louis-Claude de ; Diffusion rosicrucienne ; 2001 ; 17:10.

Yoga de la Kundalini ; Sivananda Sri, Swami ; Épi ; 1973 ; 07:47.

L' Évangile, une parole invincible ; Gilbert, Guy ; P. Rey ; 2005 ; 11:42.

Vacuité ; Allain, Christophe ; Atlantes ; 10:34.

Comprendre la réincarnation ; Chanez, Pierre-Olivier ; Amarande ; 1992 ; 05:09.

La colère ; Hanh, Thích Nhât ; Pocket ; 2004 ; 4:44.

Le serpent de lumière ; Melchizédek, Drunvalo ; Ariane ; 2008 ; 07:42.

 

 

Santé et médecine

Nouvelles cliniques de gemmothérapie ; Dr Tétau, Max ; Éditions Similia ; 1987 ; 3:09.

Intuition et 6e sens ; Morisson, Jocelin ; La Martinière ; 2013 ; 04:18.

Sô, sceaux de vie ; Doan, Donald ; Les éditions des 3 Monts ; 00:40.

Mieux que guérir ; Rueff, Dominique ; J. Lyon ; 2011 ; 5:05.

L' hépatite B ; Groussac, Marie-Hélène ; Presses de Keltia graphic ; 2009 ; 19:19.

Bien vieillir avec l'homéopathie ; Dr Tétau, Max ; le manuscrit ; 2012 ; 5:56.

50 plantes efficaces pour vous soigner ; Gigon, Franck ; Les Éditions de l'Opportun ; 2014 ; 07:30.

Ma médecine naturelle ; Zaraï, Rika ; Carrere-Michel Lafon ; 1987 ; 09:05.

Secrets et merveilles du pamplemousse ; Sharamon, Shalila ; Éditions Médicis-Entrelacs ; 1997 ; 04:18.

Climat ; Collectif ; le Cherche Midi ; 2011 ; 8:00.

Le sel malin ; Lefief-Delcourt, Alix ; Leduc.s ; 2010 ; 2:28.

Ces enfants qu'on sacrifie.. ; Berger, Maurice ; Dunod ; 2014 ; 07:14.

 

 

Sciences et Techniques

Sur les épaules de Darwin, sur les épaules des géants ; Ameisen, Jean-Claude ; Les Liens Qui Liberent ; 2013 ; 11:57.

Permaculture ; Holmgren, David ; Rue de l'échiquier ; 2014 ; 24:37.

Étienne-François Dutour de Salvert, 1711-1789 ; Crepel, Pierre ; l'Harmattan ; 2014 ; 16:04.

Sciences et pseudo-sciences ; Rasplus, Valéry ; Éditions Matériologiques ; 2014 ; 6:41:09.

 

 

Sciences sociales

La rue était mon lit ; Baldy, Michel ; City ; 2014 ; 04:53.

Les enfants trouvés du Dauphiné ; François, Bernard ; Éditions de Belledonne ; 2008 ; 24:39.

La composition des mondes ; Descola, Philippe ; Flammarion ; 2014 ; 11:53.

French deconnection au coeur des trafics ; Pujol, Philipe ; Lafond ; 03:29.

Droit matériel de l'Union européenne ; Boutayeb, Chahira ; LGDJ-Lextenso ; 2012 ; 13:47.

Les institutions de l'Union européenne ; Leclerc, Stéphane ; Gualino-Lextenso ; 2014 ; 9:40.

Droit de l'Union européenne ; Berramdane, Abdelkhaleq ; LGDJ-Lextenso éditions ; 2013 ; 22:13.

L' art de la révolte ; Lagasnerie, Geoffroy de ; Fayard ; 2015 ; 04:25.

Propaganda ; Bernays, Edward L. ; Zones ; 2007 ; 05:23.

Ainsi va le monde... ; Hervouet, Vincent ; A. Michel ; 2014 ; 06:49.

Éloge du blasphème ; Fourest, Caroline ; Bernard Grasset ; 2015 ; 03:43.

Le secret de l'espérance ; Gaulle Anthonioz, Geneviève de ; Fayard ; 2001 ; 03:47.

Les Chirac :les secrets du clan ; Gurrey, Béatrice ; Robert Laffont ; 2015 ; 4:55.

La France à quitte ou double ; Closets, François de ; Fayard ; 2015 ; 09:48:20.

Je vous écris d'Alep ; Filiu, Jean-Pierre ; Denoël2013 ; 04:57.

Contre les élections ; Van Reybrouck, David Grégoire ; Actes Sud ; 2014 ; 4:57.

Ce que parler veut dire ; Bourdieu, Pierre ; A. Fayard ; 1982 ; 07:52.