Dans la même rubrique...

Allocution de Marie-Renée Hector lors de l’inauguration du projet CONNAISSENS

La Fondation Harmonie Solidarités, partenaire du GIAA, lance CONNAISSENS : une vaste opération de formation aux gestes de premiers secours accessible et destinée aux personnes en situation de handicap visuel, auditif et à leurs proches. Ce programme, vecteur de lien social et de valeurs citoyennes, s’inscrit dans l’engagement solidaire concret porté par la Fondation Harmonie Solidarités depuis trois ans. Le dispositif propose également un parcours sensoriel original ouvert au grand public.

Le 03 novembre 2016 à Orléans, Marie-Renée Hector, Présidente du GIAA, était présente pour l’inauguration du projet. Voici l’allocution finale qu’elle y a prononcé :

Bonjour à tous.

Je suis Marie-Renée HECTOR, la présidente du GIAA.
J’ai l’honneur de présider depuis 2012 cette association reconnue d’utilité publique. Je siège au conseil d’administration depuis une quinzaine d’années.
Dans le civil, je suis professeur à la retraite. J’enseignais l’anglais à l’INJA, l’Institut National des Jeunes Aveugles.
Alors, laissez moi vous présenter notre association : le GIAA …

GIAA pour Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes.
What a name tout de même…, comme j’aurais pu l’enseigner à mes élèves.

Groupement … Aveugles … C’est clair pour tout le monde.

Amblyopes … Ca se complique un peu. L’amblyopie définit une différence d’acuité entre les deux yeux … Dans notre enseigne, il recouvre l’ensemble des malvoyances.

Intellectuels ?
Intellectuels parce que l’association est née en 1949 dans les universités parisiennes. À l’origine il s’agissait de permettre aux déficients visuels de suivre des études supérieures et ainsi dévier de la voie professionnelle que d’autres avaient tracé en ligne droite pour eux : à l’époque une personne qui y voyait peu ou pas du tout devenait (quand elle devenait) presque toujours rempailleur de chaises ou accordeur de piano. Les fondateurs du GIAA ont voulu briser ce carcan en permettant aux jeunes déficients visuels d’avoir accès aux ressources documentaires nécessaires à la poursuite des études. C’est ainsi qu’a démarré la grande aventure de l’enregistrement de livres.

Près de 70 ans plus tard, le GIAA œuvre pour l’insertion, professionnelle et sociale des déficients visuels dans leur ensemble, qu’ils aspirent à suivre, suivent ou aient suivi de grandes études ou non. Nous ne sommes pas un club de maîtres de conférences.
Nous proposons à nos membres une gamme de services sur mesure :
-une bibliothèque accessible riche de 37.000 ouvrages en braille, gros caractères ou audio ;
-un service de transcription et d’enregistrement à la demande, l’offre de lecture pour les déficients visuels, vous l’ignorez peut-être, étant notoirement insuffisante ;
-un kiosque presse audio et braille qui compte 38 revues adaptées ;
-des activités culturelles adaptées : visite d’ateliers de sculpture avec des œuvres que l’on peut toucher, mais aussi de musées. Balades décrites et tactiles de quartiers parisiens, découverte de grands sites patrimoniaux, expériences sonores avec des répétitions de concerts à la Philharmonie, des escapades dans les studios de création de la Maison de la Radio, des cafés littéraires… J’en passe, j’en passe …

Nous disposons également d’un Club Emploi que la Fondation Harmonie Solidarités connaît bien … Cette structure accompagne des personnes déficientes visuelles dans leur recherche d’emploi, de formation, de maintien dans l’emploi ou de reconversion professionnelle. Il s’emploie également (c’est le cas de le dire) à sensibiliser les entreprises à l’employabilité des aveugles ou malvoyants.
Depuis 2013, la Fondation Harmonie Solidarités soutient le développement de ce Club Emploi. Et je peux vous dire que c’est un soutien efficace et qui nous est précieux. En 2013, la fondation a financé la formation des accompagnateurs du Club Emploi à la méthodologie et aux bonnes pratiques de l’accompagnement vers l’emploi. Cette formation a permis de souder notre équipe autour de pratiques et approches communes. Nous avons gagné en efficacité.
Cette année, la Fondation nous a encore aidé à gravir un nouvel échelon en soutenant le développement d’une antenne du Club Emploi dans le Grand Est, à Strasbourg. Je peux vous dire qu’elle est déjà très active.

Aujourd’hui, nous entamons un nouvel ouvrage commun. J’en suis ravie et très fière.

Le projet Connaissens (et là aussi, what a name !) me tient particulièrement à cœur, car comme les pionniers du GIAA, il y a près de 70 ans, il entend changer la donne. Faire des déficients visuels des secouristes … Quelle belle idée ! Voilà un excellent moyen de changer la perception que les gens ont des personnes porteuses d’un handicap.
Vous savez, quand on ne voit pas ou très peu, il n’est pas rare (et c’est un euphémisme) que nous soyons obligés de demander de l’aide. A terme, ce besoin d’assistance devient pesant. Si vous ne l’avez fait, je vous invite à ce propos à lire Je veux croire au Soleil, le dernier ouvrage de Jacques SEMELIN, enseignant chercheur à Sciences PO et membre du GIAA. Il explique très bien comment cela devient presque agaçant d’être toujours celui que l’on aide.
Connaissens va donner la possibilité aux déficients visuels de devenir ceux qui aident.

Pour moi, ce projet est porteur de beaucoup d’espoirs en termes d’échanges, de renforcement du lien social, de perception que nous avons les uns des autres et parfois de nous-mêmes.

Je remercie vivement et profondément la Fondation de nous renouveler sa confiance en nous associant au lancement ce cette très très belle initiative. Nous sommes fiers de porter à vos côtés ce message fort d’ouverture aux autres et au monde : comptez sur les membres, bénévoles et salariés du GIAA que je représente aujourd’hui pour le diffuser.

Merci à tous pour ce magnifique projet qui révèle les qualités d’ouverture et de disponibilité envers autrui et de respect de notre citoyenneté.

JPG - 44.4 ko
Logo Connaissens
PNG - 13.2 ko
Logo Fondation Harmonie Solidarités